Mes Couilles – Amen, a woman and all the others

Pour aller au sommaire, cliquez ici

Pour regarder la deuxième livraison, cliquez ici

« Ce livre n’est pas une autofiction. Il s’agit d’un protocole d’intoxication volontaire à base de testostérone synthétique. Un “essai corporel”. »

Paul B. Preciado, Testo Junkie


AMEN, A WOMAN AND ALL THE OTHERS

            La première fois que j’entends parler de transidentité, c’est en 2007, par l’intermédiaire de Secret Story. L’un des candidats, Erwan Henaux, est un homme trans. En regardant, je ne comprends rien, puisque le but pour TF1 est de faire du buzz, pas de la pédagogie. Je ne vais donc pas plus loin et laisse tomber. Trois ans plus tard, je participe à des tournois de Wakfu TCG à Lille et il se trouve que l’arbitre est trans. Je ne sais comment le·a genrer, ne sachant s’iel est FtoM ou MtoF. À force de rencontres et de discussions, je comprends qu’elle est une femme trans et une butch décomplexée assumée. Sa copine (cis) participe aussi aux matchs et nous devenons ami·es. C’est avec elles que je fais la marche des fiertés, en juin 2011, où je rencontre mon mec. Ces relations m’ont permis de me questionner sur le genre (et mon genre) en plus de m’éduquer. Elles m’ont montré aussi à quel point les gens pouvaient être crispés s’iels ne pouvaient genrer la personne en face d’elleux, car on rappelle systématiquement leur genre aux personnes, le tout de manière binaire. Du « Madame/Monsieur » des formulaires administratifs aux journaux télévisés en passant par les salutations entre inconnu·es, c’est automatique. Mon ex me l’avait fait remarquer lorsque nous passions en caisse. Chacun·e avait son « au revoir [insérer le genre de la personne] », puis venu son tour, étant androgyne, on sentait une gêne qui se concluait par « au revoir ». Bien sûr, c’est anodin, mais c’est une sorte de perpétuel coup de petite cuillère sur l’épaule. Ça ne tue pas, mais c’est très chiant. Le pire exemple était dans une boutique à Dunkerque. Il regardait des produits et, après avoir choisi, partit payer. Des adolescentes sont venues me voir pour demander si c’était un mec ou une meuf, parce qu’elles avaient des avis différents. Je les ai envoyées péter. Ça me dépasse, encore aujourd’hui, ce besoin panique de savoir jusque dans le slip des concerné·es. Prenez une camomille, lancez Lady Oscar et chill.

            Le problème est que très peu font ça, iels vont jusqu’au bout. À cette même époque je donnais mon sang. Au moment de l’entretien, je confirme être en couple avec un gars. L’infirmière me dit que ça ne sera pas possible dans ce cas. J’explique plein de bonne volonté qu’il est trans et qu’au final on a les mêmes pratiques que Gisèle et Robert, du coup, pas besoin de discriminer. Après cinq minutes de pédagogie, elle finit par me demander agacer : « Mais qu’est-ce qui est marqué sur sa carte d’identité ? » : F. Et juste par cette lettre à la con assignée à la va-vite sur un registre de mairie et sur un bout de plastique, j’ai pu donner mon sang. Le drame de l’administration française en un acte. Votre identité est partout, mais vous n’en disposez pas. C’est l’État qui est garant, surtout du sexe. Les assos trans sont les premières à lutter contre ça et ont pu obtenir que le changement de prénom puisse se faire en mairie, grâce à la loi du 18 novembre 2016. En revanche, la mention de sexe dans les actes de l’état civil doit toujours être modifiée par les tribunaux de grande instance. C’est donc un ensemble, administratif, culturel et sociologique, entre autres, qui vont afficher cette binarité des genres, qui seraient opposés et sans liens poreux entre eux. Preciado l’explique dans Testo Junkie : « La différence sexuelle est élevée à une catégorie non seulement naturelle mais encore transcendantale (dépassant les contextes historiques et culturels).[1] » Autant d’un point de vu biologique, avec toutes les variations de chromosomes X et Y pouvant entrainer la naissance de personnes intersexuées, que sociologique, avec Wittig et Despentes[2], on constate qu’il n’y a rien de naturel dans cette classification qui relève de la taxonomie des dominant·es. Derechef, ce sont des couches de carton que l’on met les unes sur les autres pour construire le château en carton-pâte de la masculinité et de la virilité, afin d’asseoir le pouvoir de la masculinité hégémonique. À partir de rien, on établit ces règles essentialisantes et toujours floues, puisqu’elles n’existent que par opposition. Olivia Gazalé le rappelle : « être un homme, c’est d’abord et avant tout ne pas être une femme et se démarquer de la femme. Donc l’effémination, c’est la pire des hantises dans l’Antiquité et ça l’est resté longtemps.[3] » Toutes les personnes dérogeant à la norme cisgenre montrent la faiblesse de cette fragile construction et la mettent en péril. Notamment en soulignant qu’un des attributs définissant typiquement les hommes n’est pas obligatoire : le pénis.

            L’importance de la bite chez les mecs cis non-déconstruits est prégnant, de l’adolescence à l’âge adulte, comme l’ont expliqué de nombreuses féministes, à l’instar de Beauvoir qui démantelait l’idée de Freud – selon laquelle les petites se sentiraient castrées à cause de ce manque de verge – ou Gazalé qui montre la construction du phallus, où il ne s’agit plus uniquement du sexe génital, mais de toute l’idée de puissance et de prestige qu’il véhicule. Du contrôle de soi aussi, dont l’humoriste Blanche Gardin s’amuse en disant : « Le premier défi qui se pose à l’homme, dans sa vie d’homme, c’est quand même de devoir bander. Je veux dire, son statut d’homme viril dépend d’un processus physique qu’il ne peut pas contrôler par la volonté. C’est quand même une servitude monstrueuse quand on y pense, parce que nous, au pire, le jour où on n’est pas dedans, un peu de bave et on reste féminine, on est d’accord ? […] Tu dois gouverner ta propre teub, mais quel défi monstrueux ! Tu m’étonnes qu’une fois qu’ils y sont arrivés ils pensent qu’il faut qu’ils gouvernent le reste du monde les mecs, ça doit rendre mégalo une fois que t’as réussi à faire ça.[4] » L’importance du sexe et de l’érection crée tout un monde qui occupe les conversations entre mecs, de la taille au fait de vouloir enculer les emmerdeur·ses, en passant par les blagues sur le sujet. À cette somme s’ajoutent les couilles de cristal justifiant le manspreading, parce que leurs attributs sont trop imposants il faudrait écarter les jambes au maximum, ou encore les dick pics, photos de teubs, envoyées sans consentement, comme si le seul fait de voir un vit turgescent devait causer l’excitation chez n’importe quelle personne. Affirmer que cette grande fierté ne justifie par leur M administratif et que d’autres gens en sont pourvu·es sans être des gars leur paraît inconcevable. Pourtant c’est un fait : des meufs ont parfois des bites, des bonhommes ont parfois des teuchs, et des queers ont parfois l’un ou l’autre et ne se catégorisent pas dans cette binarité. Faut faire avec, y’a pas d’avis à donner. L’idée qu’il n’existerait que deux « formes » d’organes génitaux est aussi à revoir, la vie ce n’est pas le porno mainstream. Y’a des dicks clits (clito ayant grandi sous l’action de la testo), des vaginoplasties, phalloplasties, des lèvres qui pendent, des monocouilles, etc. Même Pierre Perret n’était pas exhaustif dans sa chanson sur le zizi.

            Le problème est qu’à partir du moment où on déclare que posséder une verge ne justifie pas pour être du genre masculin, que faire du foot, avoir des poils, aimer se battre, et compagnie ne sont pas des preuves tangibles et que même être attiré par des zouzs est insuffisant, c’est la panique à bord. Le décorum du château factice s’effondre. Si les mecs cis sont rarement confrontés à cette réalité, c’est pourtant encore le quotidien des mecs trans qui doivent se justifier de leur masculinité. C’est une situation kafkaïenne. Le genre n’existe que par autophagie. Il s’alimente et se nourrit uniquement des faits qu’il produit lui‑même. À mon avis, le genre n’existe pas. Il existe des genres sociaux, qui ont été placés sur un continuum du masculin au féminin et inversement, mais il n’existe pas de genre par essence.

            J’ai abouti à ce raisonnement en échangeant avec les personnes non-cisgenres de mon entourage. En particulier, en ayant un conjoint FtoM androgyne, j’ai eu tout le loisir de me questionner sur le fait de transitionner moi-même, ne me retrouvant pas dans l’identité masculine. Cependant, les démarches administratives et hormonales ne me convenaient pas, car je ne me retrouvais pas plus dans le genre féminin. Le cul entre deux chaises, c’est par une amie que j’eus une réponse satisfaisante. Nous militions dans la même asso LGBT+ et, un jour, j’ai eu l’indiscrétion de lui demander son orientation sexuelle. Un peu gênée, elle m’a répondu que pour le moment elle se questionnait, mais c’était le terme de queer qui lui convenait le mieux. C’était en 2013, le terme était peu connu et peu employé en France. Elle définissait ce dernier comme le rejet des catégories existantes, une sorte d’indéfini qui n’avait pas besoin de se justifier et qui fonctionnait à la fois pour l’orientation sexuelle, mais aussi l’identité de genre. Autant dire que je l’ai adopté immédiatement.

Aujourd’hui, le terme queer est démocratisé et c’est une bonne chose. Il faut qu’il continue à avoir sa connotation militante et de remise en cause des normes. Parfois on le rapproche du terme non-binaire/genderfluid, qui me parait moins radical, ce n’est que mon ressenti. En dépit de mon militantisme, j’ai très peu parlé, jusqu’à ce jour, de mon identité de genre à mon entourage. Faire de la pédagogie sur la déconstruction de la binarité des genres est quelque chose qui me semble encore parfois fastidieux, mais c’est surtout que, de fait, sans rien dire, cette fluidité est omniprésente dans ma vie. Auprès de mes parents, j’ai un surnom genré au féminin, permettant une alternance des genres sans que cela soulève d’autres questions, dans la communauté LGBT+, en particulier gay, la féminisation est courante – Baldwin le rapportait déjà dans Giovanni’s Room : « Occasionally one would swoop in, quite late in the evening, to convey the news that he – but they always called each other “she” – had just spend time with a celbrated movie star, or a boxer.[5] » Au sein de la communauté de recherche et d’ami·es, il n’est pas rare qu’on m’interpelle par Simone ou Violette, ayant fait un mémoire sur Beauvoir, puis ma thèse sur Violette Leduc. Enfin, en rejoignant les Sœurs de la perpétuelle indulgence, en 2019, j’ai parachevé mon identité de folle queer radicale. C’est donc à nouveau d’une position de priviligié·e que je m’exprime, étant perçu·e comme garçon et donc possesseur·se de tous les avantages d’un dominant, en plus d’un environnement profondément tolérant et ouvert sur ces sujets. Mais à nouveau, c’est parce que je bénéficie de cette liberté que je milite d’autant plus, en tant que concerné·e pour les LGBT+phobies, puis en tant qu’allié·e pour les combats féministes et autres luttes intersectionnelles (Travailleur·ses du sexe, anti-raciste, anti-handiphobie, migrant·es, etc.). C’est grâce à l’identité queer que j’ai pu le faire et qu’il m’a été possible de quitter la société hétéropatriarcale.

Car on peut la quitter. La vision dominante de ce modèle a cousu des œillères directement sur nos paupières, faisant croire qu’au-delà d’elle, il n’existait qu’un no man’s land. C’est faux. De multiples chemins de traverse existent et il est toujours possible de défricher ses propres sentiers. Pour les pionnier·es, iels essuieront les plâtres, mais « ouvriront la voix », pour reprendre l’expression d’Amandine Gay. C’est Lily Elbe qui a une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930[6], c’est Violette Leduc qui parle de ses amours bisexuelles, avortement et viol en 1955 dans Ravages[7], c’est Hervé Guibert qui médiatise sa séropositivité en 1990 avec À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie[8], c’est Virginie Despentes qui publie son roman porno-punk Baise-moi en 1994[9], c’est la cérémonie des César 2020 où Aïssa Maïga dénonce le racisme de la France sous couvert d’universalisme et le départ fracassant d’Adèle Haenel criant : « C’est la honte ! »

En plus de ces brises glace qui agissent au sein de la société hétéropatriarcale, des communautés des possibles se développent, que ce soit les ZAD, la ferme de Cédric Héron, la fête de l’Huma ou les Solidays. Pour mon sujet je parlerai d’utopies des genres. La recrudescence de la culture drag ces dernières années permet l’épanouissement de ces diversités, avec les dragqueens, les dragkings ou les club kids qui se retrouvent dans des free parties ou des dragshows. Des cultures LGBT+ plus mainstream pratiquent également ces libérations de la masculinité hégémonique. Bien sûr les communautés trans, qui revendiquent pour certaines des transitions FtoX ou MtoX, avec le X pour unknow, affirmant que le genre n’est pas une donnée fixe ayant besoin d’être figée, Paul B. Preciado en donnait un exemple dans Testo Junkie. Les lesbiennes radicales ont très vite combattu ce système hétéropatriarcale qui les oppressait dans leur double identité de femmes et lesbiennes et auxquels peuvent s’ajouter d’autres discriminations. Monique Wittig a illustré le premier point dans La Pensée Straight et Kimberlé Crenshaw, en forgeant le concept d’intersectionnalité[10], a permis d’affiner l’appréhension des oppressions, entre sexe et race notamment. De manière générale, les féministes ont été les meilleures pourfendeuses de cette masculinité hégémonique. Du côté des gays, les folles peuvent permettre ces utopies, ne correspondant pas au modèle du mâle viril, mais elles reproduisent alors une masculinité homosexuelle dont j’ai décrit les travers précédemment. Les bears, en ne collant justement pas à cette masculinité, offre une nouvelle voie, qui parfois reprend des éléments de la masculinité hégémonique. Seule la double identité gay et allié/féministe me semble possible pour éviter de se casser la gueule de ce chemin de crète que sont les nouvelles masculinités ou l’identité queer. Il en est de même du côté des hommes hétéros cis. Des assos LGBT+ permettent de vivre ces utopies, telles les Sœurs de la perpétuelle indulgence, dont l’ordre est fondé en 1979 à San Francisco, ou les Radical Faeries, créées la même année aux États-Unis. Depuis, ces associations sont devenues mondiales. C’est ensuite les collectifs féministes, queer ou anti-hétéropatriarcaux qui offrent des espaces safe.

Nos utopies sont en‑dehors de cette société, oui. Elles l’attaquent parfois, mais pas de l’intérieur, car ça ne sert à rien. Despentes l’a très bien exprimé dans sa tribune après la remise des César : « Vous n’aurez pas notre respect. On se casse. Faites vos conneries entre vous. Célébrez-vous, humiliez-vous les uns les autres tuez, violez, exploitez, défoncez tout ce qui vous passe sous la main. On se lève et on se casse. C’est probablement une image annonciatrice des jours à venir. La différence ne se situe pas entre les hommes et les femmes, mais entre dominés et dominants, entre ceux qui entendent confisquer la narration et imposer leurs décisions et ceux qui vont se lever et se casser en gueulant. C’est la seule réponse possible à vos politiques. Quand ça ne va pas, quand ça va trop loin ; on se lève, on se casse et on gueule et on vous insulte et même si on est ceux d’en bas, même si on le prend en pleine face votre pouvoir de merde, on vous méprise on vous dégueule. Nous n’avons aucun respect pour votre mascarade de respectabilité. Votre monde est dégueulasse.[11] » Ça fait des siècles que le château de carton-pâte est attaqué et malgré tout, il continue d’exister. La seule solution est de faire sans lui, de laisser les colleur·ses vieillir et faire en sorte que les jeunes générations arrêtent de participer à ce chantier mortifère, car il en existe de plus constructifs et libérateurs.

L’objectif n’est pas de forcer les gens à se détourner du schéma dominant hétéro cis – couple exclusif – enfants A.K.A la famille Ricorée. Je sais que cet archétype est une source réelle de bonheur pour certain·es. Le tout est de savoir le questionner et de remettre en cause son assignation systématique, qu’on nous force à gober dès la naissance. Si après examen, leur joie est dans ce type de vie, grand bien leur face. La seconde étape est d’éviter le prosélytisme et de ne pas juger les personnes refusant cette norme. Ce n’est pas de tolérance qu’il est question. Tolérer quelqu’un·e, c’est un privilège de dominant·e. C’est le respect sur un pied d’équité qui est nécessaire. L’exotisation à la Maïa Mazaurette avec son article : « Nouvelles tendances sexe : qui sont les queers ?[12] » publié le 4 février 2020 dans GQ, on s’en passera. Et pour éviter que ces inepties ne continuent de pulluler, il manque quelque chose d’essentiel : des modèles. L’identification est primordiale pour se sortir de ce carcan la tête haute et découvrir que d’autres voies sont possibles. C’est par ce moyen qu’on pourra détruire les stéréotypes, en donnant une visibilité aux concerné·es, en arrêtant de les fantasmer et qu’iels puissent se dire fièrement qu’iels voudraient être comme telle ou telle de leur adelphe plus tard.


Tu veux lire la suite ? C’est par ici !


[1] Paul B. Preciado, Testo Junkie, op. cit., p. 71.

[2] Monique Wittig, La Pensée Straight [1992], Paris, Éditions Amsterdam, 2007 ; Virginie Despentes, King Kong théorie [2006], Paris, Grasset, « Le Livre de poche », 2007.

[3] Victoire Tuaillon, « Éducations viriles », YouTube, Binge Production, Les couilles sur la table, N°9, 4 janvier 2018, en ligne, https://www.youtube.com/watch?v=BLdVUXD6wH0&list=WL&index=13&t=0s, consulté le 22 septembre 2020.

[4] Blanche Gardin, Bonne nuit Blanche, mise en scène de Maïa Sandoz, 2018.

[5] « Parfois, l’un d’eux débarqué, tard dans la soirée, pour faire part de la nouvelle qu’il – mais ils s’appelaient toujours entre eux « elle » – venait de passer un moment avec une célébrité du cinéma ou un boxer. » James Baldwin, Giovanni’s room [1956], Canada, Penguin, 1986, p. 31.Traduction de l’auteur.

[6] Lili Elbe, Man Into Woman, A Comparative Scholarly Edition, éd. par Pamela L. Caughie & Sabine Meyer, United Kingdom, Bloomsbury Publishing PLC, 2020.

[7] Alexandre Antolin, « La société se dresse avant que mon livre paraisse » Étude d’un cas de censure éditoriale dans les années 1950 : Ravages de Violette Leduc, thèse de doctorat, Université de Lille, 2019.

[8] Hervé Guibert, À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, Paris, Gallimard, « Blanche », 1990.

[9] Virginie Despentes, Baise-moi, Paris, Florent Massot, 1994.

[10] Kimberlé Crenshawn, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, 1989, n° 1, p. 139-167.

[11] Virginie Despentes, « Césars : “Désormais on se lève et on se barre”, par Virginie Despentes », Libération, en ligne https://www.liberation.fr/debats/2020/03/01/cesars-desormais-on-se-leve-et-on-se-barre_1780212, le 1er mars 2020, consulté le 22 septembre 2020.

[12] Maïa Mazaurette, « Nouvelles tendances sexe : qui sont les queers ? », GQ, en ligne https://www.gqmagazine.fr/sexe/article/nouvelles-tendances-sexe-qui-sont-les-queers, le 4 février 2020, consulté le 22 septembre 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search