Mes Couilles – Phantasme n’est pas mon métier

Pour aller au sommaire, cliquez ici

Pour regarder la troisième livraison, cliquez ici

« Je veux une gouine comme Présidente. Je veux qu’elle ait le sida, je veux que le Premier ministre soit une tapette qui n’a pas la sécu, qu’il ait grandi quelque part où le sol est tellement plein de déchets toxiques qu’il n’a aucune chance d’échapper à la leucémie. Je veux une Présidente de la République qui a avorté à 16 ans, une candidate qui ne soit pas la moindre des deux maux, je veux une Présidente de la République dont la dernière amante est morte du sida, dont l’image la hante à chaque fois qu’elle ferme les yeux, qui a pris son amante dans ses bras tout en sachant que les médecins la condamnent. »

Zoé Léonard, « I want a president… »


PHANTASME N’EST PAS MON MÉTIER

Les modèles qu’on veut nous inculquer sont des phantasmes. Despentes le soulignait avec l’idéal de la femme blanche et il en est de même pour le mec blanc, empêtré dans ses injonctions qu’il s’est lui-même forgé. Cependant, ce couple Colgate parfait, en plus d’être irréel, est excluant. Il laisse sur le bas‑côté tou·tes celleux qui ne s’y retrouvent pas : les non-hétéros, les non-cis, les non‑blanc·hes, etc. Autant dire un paquet de personnes. La société française oscille encore entre l’homme de la terre (puisqu’elle ne ment pas) façon Charles Ingalls et le citadin yuppie à la Bernard Tapie dans les années 1970. Problème, Charles en tant qu’agriculteur fait partie d’une profession où tous les deux jours il y a un suicide et Bernard Tapie est corrompu jusqu’à la moëlle. Tout part à vau-l’eau, mais coûte que coûte on maintient le modèle.

De toute façon, la Justice est aveugle et la France universaliste est indivisible, personne ne peut être discriminé dans un pays qui n’est pas raciste. La colonisation ? Pardonnée. La guerre d’Algérie ? Un petit différend. Les crimes policiers ? Minimisés. « Non, la France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord. » François Fillon, le 28 août 2016 lors d’un meeting pour la présidence. Je pourrais en rire si ce n’était qu’un épiphénomène d’un énergumène lambda. Le problème c’est que les remarques de ce type sont légions dans les corps politiques, policiers, français en général. C’est « le bruit et l’odeur » de Chirac en 1991, c’est « quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes » de Hortefeux en 2009, c’est le second tour Le Pen-Macron en 2017 et ce fameux « barrage » qui déclare que « le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du comorien, c’est différent », pour parler des migrant·es qui se noient en fuyant leur pays. C’est Christophe Castaner qui refuse de reconnaître les crimes racistes et qui, au lieu de s’attaquer à la gangrène, accuse Camélia Jordana, alors qu’elle énonce une vérité simple mais effrayante : « Je ne me sens pas en sécurité face à un policier. »

La masculinité hégémonique, et donc blanche, tue. Surtout quand elle est armée. Durant le confinement du premier trimestre 2020, douze personnes sont mortes à cause de la police. Ce n’est pas nouveau. Coluche, dès 1980, disait : « Expliquez-moi ce que les policiers foutent dans le dos des Arabes avec un revolver à la main. […] Le problème c’est qu’il n’y a pas de raison. Il y en a une, en fait, c’est que les policiers se croient extrêmement couverts. » Et de fait ils le sont. Lorsqu’un silence se fait sur douze meurtres et qu’une réplique aussi anodine que celle de Camélia Jordana suscite une réponse du ministre de l’Intérieur, oui, les policiers sont couverts. La réalité est même niée, puisque « le 7 mars 2019, Emmanuel Macron s’insurge à l’occasion d’un grand débat national : “Ne parlez pas de répression ou de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un État de droit.[1] » Émilie Notéris illustre le paroxysme du déni de cette réalité en écrivant : « Les violences policières n’existant pas, il est interdit de les filmer.[2] » La masculinité blanche va châtier la non‑blanche, celle qui serait bestiale, déviante, à maîtriser parce que forcément violente. La dénégation est totale, pour Adama Traoré, en 2016, dont la technique du plaquage ventral l’a tué, pour Sélom et Matisse, en 2017, pourchassés par la police et percutés par un train, pour Zineb Redouane, « décédée le 2 décembre 2018, après avoir reçu la veille, au quatrième étage de son appartement de Marseille, une grenade lacrymogène MP7 alors qu’elle fermait sa fenêtre[3] » et pour Cédric Chouviat, en 2020, assassiné dans les mêmes conditions qu’Adama. « Le plaquage ventral est une technique violente fortement contestée, dénoncée par Amnesty International depuis 2011. / Le plaquage ventral est une technique légale en France chez les forces de l’ordre. Le plaquage ventral n’est pas une violence policière. / Il n’y a pas de violences policières, une technique violente mais légale a été appliquée à un corps rendu vulnérable.[4] » Quand l’État français ne reconnaît aucun de ses/ces crimes, oui, il protège ses policiers, qui sont conscients de leur pouvoir. Le documentaire Arte « Gardiens de la paix » d’Ilham Maad, où un policier noir découvre les conversations de ses collègues suprématistes blancs sont inouïes de violence. En juin 2020, l’État continue éhontément de faire l’autruche lorsque Castaner déclare que : « Le racisme et la haine n’ont pas leur place dans notre société. Le racisme divise, la racisme tue. […] Il y a une police républicaine qui dans ce pays protège les femmes et les hommes de tout y compris du racisme. » Il faut croire que tout le sang des victimes qui l’éclabousse l’a rendu aveugle. Car les noms cités ne sont pas, hélas, exhaustifs, ils ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Maxime Cervulle étudiait, dès 2006, ce rapport entre la masculinité blanche et racisée dans son article « De l’articulation entre classe, race, genre et sexualité dans la pornographie “ethnique” à propos du studio Citébeur ». En partant des stéréotypes racistes et classistes, usés par ce type de porno, il explique que la figure du « lascar », qui confond des jeunes non-racisés et racisés des cités, « dessine une nouvelle figure de l’altérité – une altérité “de proximité” – réinscrivant dans l’espace domestique national, l’exotisme jadis lointain[5] » dans une démarche post-colonialiste. Fini le temps béni des colonies, dont les louanges sur les capacités sexuelles surnaturelles de ces « autres » ont été louées par André Gide, Julien Green, Frédéric Mitterrand, Daniel Cohn-Bendit, Vincent Cassel et autres hommes blancs riches. Car la différence est intersectionnelle, à la fois sur la race (c’est-à-dire les personnes racisées) et la classe sociale. Cervulle précise : « Cette hypersexualité du “lascar” rappelle celle d’ordinaire attribuée aux classes défavorisées et aux individus racialisés (la prétendue lubricité des ouvriers ou des Noirs) mais pourrait aussi recouper, comme le relève Linda Williams, “ « l’hystérisation » du corps de la femme blanche”, marquant par là une féminisation du corps “non-blanc” telle qu’elle pouvait être opérée par les médecins français dans les colonies plantocratiques au dix-huitième siècle. L’hypersexualisation est aussi dans chacun de ces cas un processus de construction du corps comme incivilisé, hors de tout contrôle, que ce soit la libido de l’ouvrier chez Zola au “rythme dans la peau” de Joséphine Baker en passant par les “crises hystériques” chez les patientes de Charcot à la Salpêtrière. C’est sur cette impossibilité à domestiquer le corps conçu comme hypersexuel qu’est établi son caractère dangereux.[6] » À nouveau, la masculinité hégémonique rejette, considérant ces corps comme déviants, dû à leur appétit sexuel qui serait incommensurable. Ce préjugé s’est d’ailleurs illustré au moment de la loi Marthe Richard, en 1946, qui annonçait la clôture des maisons de passes, mais « ne fut pas appliquée en Algérie ou dans les quartiers de Paris où vivaient des immigrés algériens, comme la Goutte-d’Or[7] » comme le rapport Rey-Robert. Les stéréotypes sont donc présents dans le porno et dans les idées reçues, encore aujourd’hui. Elles se focalisent sur deux points : le pénis et le contrôle de soi.

D’un côté une hypertrophie de la virilité chez les Noirs, avec l’image de sexes démesurés et une sexualité proche de l’addiction, comme si la faim de cul était proportionnelle à la longueur de la verge. Ils seraient forcément actifs, dominants et adeptes du multipartenariat pour assouvir cette libido, rendant ainsi leur partenaire cocu·e. Il est bien connu que les Blancs sont toujours fidèles en couple exclusif, Félix Faure et Bill Clinton en sont témoins. C’est toute une tradition colonialiste qui s’exprime ici, avec une sexualité bestiale, voire animale, qui renvoie les Noirs à l’image du sauvage que le brave colon – blanc, il va sans dire – va éduquer. Miguel Shema, fondateur du compte Instagram Personnes racisées VS. Grindr, a pu illustrer cet imaginaire raciste sur les applications de rencontres, hétéro ou homo. Dans une interview à Néon Shema raconte : « Peu importe ce que je faisais et où j’étais, il y avait la même perception de mon corps. Que ça soit la police qui me contrôle dans la rue ou cette fille dans le lit, ils disent la même chose. Ils diffusent l’idée que je suis un sauvage, soit “dangereux” dans l’espace public, soit “bestial” dans un lit. Même dans l’intimité, dans l’amour et le sexe, le racisme se ressent, différemment mais il se ressent.[8] » En étant dirigés par le besoin primaire de se reproduire, les Noirs perdent leur statut d’homme respectable, qui, lui, est capable de contrôler ses pulsions, véritable marque de la virilité montrable. Préjugé que Frantz Fanon dénonçait déjà en 1952 dans Peau noire, masques blancs : « Pour la majorité des Blancs, le Noir représente l’instinct sexuel (non éduqué). Le nègre incarne la puissance génitale au-dessus des morales et des interdictions.[9] » Ce stéréotype est accolé aux Noirs, mais plus largement aux populations Nord-africaines, que l’on retrouve, par ailleurs, dans les productions Citébeur et qui avait été réactivé au début des années 2000, comme l’indique Valérie Rey-Robert : « la presse et les politiques font donc des viols collectifs un phénomène qui serait en pleine expansion et commis par des jeunes issus de l’immigration habitant en banlieue sensible. L’époque est à parler de l’insécurité en banlieue, thème central de la compagne présidentielle de 2002. L’extrême droite déclare, quant à elle, qu’il s’agit de viols racistes anti-Blancs, rhétorique qu’on retrouvera quinze ans plus tard pour parler de ceux prétendument commis par les migrants.[10] » On constate donc une sinistre continuité des idéologies colonialistes du XXe au XXIe

De l’autre côté, une hypotrophie de la virilité que l’on accole aux masculinités asiatiques, avec le sexe menu et le corps soumis de façon innée. Jean-Victor Rath Vireah, militant anti-raciste, l’explique: « [la fétichisation des personnes asio-descendantes] s’appuie sur un imaginaire colonial et déshumanisant d’un corps asiatique docile et imberbe […]. Ces fétichistes fantasment un homme asiatique qui serait passif, dans l’activité sexuelle et dans l’attitude. La dynamique de domination est très présente dans ce type de racisme.[11] » De plus, pour les décrédibiliser, les caractéristiques désignées comme féminines leurs sont assignées à la manière de tares, telle la soumission. Se retrouve la ritournelle de : la virilité c’est ce qui n’est pas féminin. Si par malheur le « genre faible » vient s’immiscer, il frelate le masculin et le rend impropre face à cette masculinité hégémonique caucasienne. Les masculinités asiatiques manquent également, en France, de représentations comme héros ou potentiel intérêt amoureux, que ce soit hétéro ou homo. Le dernier exemple significatif semble être Hiroshima mon amour d’Alain Resnais en 1959, avec l’acteur japonais Eiji Okada[12].Les stéréotypes accolés aux hommes asio‑descendants sont donc simplistes et sous‑tendus par un problème qui existe également chez les afro‑descendants, à savoir de projeter des idées reçues sur des continents, l’Asie et l’Afrique. Quelle que soit leur culture – qui a quand même de fortes chances de se fonder sur une forme de patriarcat – on sait qu’il y a forcément une multiplicité d’identités. Il est donc absurde de réduire une personne à un statut d’actif/passif, par exemple, en fonction de son origine. Un ami concerné, et agacé par ces raccourcis, a pour formule : « en Asie ils font tous les ciseaux avec l’anus et en Afrique ils croisent le chibre », pour montrer l’absurdité de ces a priori. Il y a beaucoup à dire sur la question des hommes racisés en France et je renvoie au podcast de Victoire Tuaillon, Les Couilles sur la table, qui fournissent eux-mêmes une bibliographie par et avec des concerné·es[13].

Ces masculinités ont déjà fragilisé le château de carton-pâte en attaquant le blantriarcat, concept forgé par Françoise Vergès, Présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage. Par ce terme elle désigne l’hégémonie blanche présente dans de nombreux pays, dont l’Hexagone. Les solutions, en plus de détruire la masculinité hégémonique, ce qui devrait faire disparaître les relents post-colonialistes des anciennes puissances esclavagistes, est une meilleure représentation dans les médias, notamment le cinéma comme l’expliquait Aïssa Maïga aux César. Dans un entretien pour Libération du 13 et 14 juin 2020, elle précisait : « Compter, ce n’est pas fractionner, c’est mesurer le fossé qui nous sépare de l’égalité. En matière d’inégalités, être aveugle à la couleur, c’est être aveugle aux pesanteurs sociales issues de notre histoire et de l’imaginaire qui en découle. Je me bats pour que l’art et la culture déconstruisent les fictions raciales. […] Je ne pense pas que ma présence, celle d’Omar Sy, Ladj Ly ou encore Frédéric Chaud, Leïla Bekhti, par exemple, aussi doués soient-ils, exonèrent le cinéma français d’un examen de conscience. Il y a toujours une surreprésentation des personnes perçues comme non blanches dans les rôles à connotation négative – et ce n’est pas moi qui le dit, c’est le CSA, à travers son baromètre de la diversité.[14] » Ce même combat doit être mené aussi pour la représentation de personnes en situation de handicap, trans, gros·se, queer et j’en passe, les rejeté·es du marché hétéropartiarcal qui veulent se défaire de ce carcan. Quant à celleux qui ont des privilèges, d’être blanc·he, valide, perçu comme homme, riche, le tout n’est pas de chouiner en battant sa coulpe, c’est inutile. Mieux vaut prendre le parti d’Adèle Haenel qui explique : « J’essaie de voir comment mes privilèges peuvent être utilisés au mieux dans le sens d’une société plus fluide. Je voudrais déjà aider ceux qui n’ont pas forcément l’occasion de parler au micro, leur témoigner mon soutien, ma sororité.[15] » Il faut être conscient·e de ses avantages et voir comment cela peut permettre d’être un·e allié·e. Despentes rappelait, dans sa Lettre adressées à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème… le 3 juin 2020 : « le privilège, c’est avoir le choix d’y penser, ou pas. Je ne peux pas oublier que je suis une femme. Mais je peux oublier que je suis blanche. Ça, c’est être blanche. Y penser, ou ne pas y penser, selon l’humeur.[16] » C’est le principe même du dominant de ne pas se penser.

J’ai été élevé par deux parents profs qui ont enseigné dans des zones d’éducation prioritaires, avec des élèves racisés. Iels ont cru en l’égalité des chances de l’école républicaine et l’universalisme français. Ma maternelle s’est faite dans l’établissement de ma mère, où j’étais donc dans la mêlée, avec les différentes langues et les mamans musulmanes qui amenaient des plateaux de pâtisseries pour l’Aïd. Au primaire et au collège, je suis passé dans des établissements de campagne où tout le monde était blanc. Je m’en suis rendu compte en troisième, lorsqu’une sixième est arrivée. Elle était la seule Noire de l’établissement. L’entre‑soi faisait qu’on ne se rendait pas compte qu’il n’y avait que des Blanc·hes. Au lycée, de nouveau avec des personnes racisées, je tenais le discours : « nous sommes tou·tes des êtres humains, je ne vois pas les couleurs. » Il s’agissait d’une sorte de racisme de bienveillance, un peu post-colonialiste, alimenté par les émeutes des banlieues de 2005. Iels sont différent·es, mais aimons-les tout de même, aidons-les à s’assimiler. J’ai rectifié le tir à partir de 2015, après qu’un amant mexicain m’a lâché parce qu’il en avait marre de mes blagues racistes. Ma meilleure amie, qui est caraïbéenne, a eu moins d’indulgence que la pote tchadienne de Nadine Morano et m’a engueulé. Je ne prétends pas être irréprochable depuis, mais j’ai conscience de mes biais. Je les questionne, les remets en question et tente de les faire disparaître. Surtout, je m’éduque et ronge mon frein lorsqu’on me fait remarquer que j’ai des propos problématiques. Ça ne fait jamais plaisir, mais c’est le seul moyen de progresser.

J’ai toujours fait des blagues sur ma blancheur. D’origine hispano-belge, je n’ai pris les gênes que du côté du plat pays, en atteste mon teint de joyeux chicon. Ma faible résistance au soleil, malgré mes origines, sont donc un running gag que j’utilise régulièrement.Pourtant, ce n’est qu’au début de ma thèse que j’ai pris conscience d’être Blanc. M’intéressant à la période des années 1950-1960, je me suis plongé dans toutes les politiques racistes de l’époque, notamment la guerre d’Algérie. Parallèlement à mes lectures se déroulaient les débats pour la loi El Khomri, où le gouvernement Valls multipliait les répressions des manifestants et les propos islamophobes pour détourner le regard de la réforme catastrophique qu’iels entreprenaient. J’ai vu une continuité du corps blanc qui oppresse les corps racisés. De plus, ayant fait des manifestations, j’ai vu que le fait de ne pas être contrôlé ou violenté était dû à ma couleur de peau. En découvrant les violences policières systémiques, j’ai entraperçu celles qui étaient racistes. De là, je me suis documenté et ai demandé à des concerné·es, qui acceptaient de faire de la pédagogie, de me témoigner leur expérience. Je fus halluciné et dans la même position que Despentes recevant tous les propos de filles violées. Les agressions racistes de l’État français sont permanentes, omniprésentes et elles ne sont pas des erreurs. C’est effarant à assimiler quand on est Blanc·he, puisque c’est un aspect du monde qui nous est inconnu et que nous ne connaîtrons jamais. Pourtant, il existe.

À partir de là qu’est-ce qu’on fait de ces charges mentales qu’on n’a pas ? On s’éduque, on se renseigne et on améliore ou entretient son empathie et sa capacité à se mettre à la place de l’autre. Une fois fait, on repense la déconstruction de la masculinité hégémonique, qui passe par la lutte contre les comportements racistes, validistes, grossophes, etc., mais également par la sexualité. On cesse de fétichiser. Dire que les amant·es racisé·es seraient les meilleur·es est aussi problématique que de dire qu’on n’en veut pas. Quand on me demande si j’ai des « préférences », la citation d’Arletty, lors de son procès pour collaboration horizontale en 1939-1945, me vient : « mon cœur est français, mais mon cul est international. » Pour autant je ne suis pas color blind, car l’être reviendrait à nier mes biais racistes et être dans le déni les discriminations, dans le vécu ou le ressenti, des personnes concernées. Je sais que relationner et échanger avec un amant racisé n’est pas la même chose qu’avec un amant étranger et est encore différent d’avec un amant blanc. Ce ne sont pas les mêmes expériences, ni les mêmes discriminations qui peuvent être vécues dans ces trois situations. Je m’adapte, en tenant compte des possibles oppressions que peuvent avoir vécu les personnes et de faire en sorte d’interagir avec eux sans moi-même leur coller une étiquette pleine de préconçus. J’ai un traitement d’équité envers tous mes partenaires, mais, selon leurs origines, couleur de peau, leurs vies se sont construites sur des vécus différents, ce qui est à prendre en compte. Une fois ces a priori vider de leurs clichés discriminants, il reste un espace à se réapproprier et à déconstruire : la sexualité.


Tu veux lire la suite ? C’est par ici !


[1] Émilie Notéris, Macronique, les choses qui n’existent pas existent quand même, Paris, Cambourakis, « Sorcière », 2020, p. 24.

[2] Ibid., p. 57.

[3] Ibid., p. 26.

[4] Ibid., p. 45-47.

[5] Maxime Cervulle, « De l’articulation entre classe, race, genre et sexualité dans la pornographie “ethnique” », MEI, N° 24-25,‎ 2006, en ligne http://www.mei-info.com/wp-content/uploads/revue24-25/21MEI-24-25.pdf, consulté le 22 septembre 2020, p. 223.

[6] Ibid., p. 227.

[7] Valérie Rey-Robert, op. cit., p. 151.

[8] Marius François, « Personnes racisées vs. Grindr, le compte Insta qui dénonce le racisme dans la communauté gay », Néon, en lignehttps://www.neonmag.fr/personnes-racisees-vs-grindr-le-compte-insta-qui-denonce-le-racisme-dans-la-communaute-gay-547983.html, le 6 janvier 2020, consulté le 22 septembre 2020.

[9] Frantz Fanon, Peau noire masques blancs [1952], Paris, Seuil, « Points essais », 1971, p. 143.

[10] Valérie Rey-Robert, op. cit., p. 141.

[11] Alexis Patri, « Les drag-queens asiatiques à l’assaut du racisme dans la communauté LGBT », Les Inrockuptibles, en ligne https://www.lesinrocks.com/2020/03/06/actualite/societe/les-drag-queens-asiatiques-a-lassaut-du-racisme-dans-la-communaute-lgbt/, le 6 mars 2020, consulté le 22 septembre 2020.

[12] Alain Resnais, Hiroshima mon amour, Pathé Films, 1959.

[13] Victoire Tuaillon, « Masculinités noires », YouTube, Binge Production, Les couilles sur la table, N°4, 1er décembre 2017, en ligne, https://www.youtube.com/watch?v=08uGGHBPu_c&list=WL&index=14, consulté le 22 septembre 2020 ; Victoire Tuaillon, « Masculinités asiatiques », YouTube, Binge Production, Les couilles sur la table, N°42, 30 mai 2019, en ligne, https://www.youtube.com/watch?v=08uGGHBPu_c&list=WL&index=14, consulté le 22 septembre 2020.

[14] Cécile Daumas, Rachid Laïreche et Sandra Onana, « “Pourquoi ne se pense-t-on pas comme des alliés spontanés et nécessaires ?” », Libération, N° 12134, 13 et 14 juin 2020, p. 4.

[15] Augustin Trapenard, « Sous l’aile d’Adèle Haenel », France Inter, en ligne https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-28-septembre-2020, le 28 septembre 2020, consulté le 29 septembre 2020.

[16] Augustin Trapenard, « “Lettre adressées à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème…” – Virginie Despentes, France Inter, en ligne https://www.franceinter.fr/emissions/lettres-d-interieur/lettres-d-interieur-04-juin-2020, le 4 juin 2020, consulté le 22 septembre 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search