Mes Couilles – Nos culs sont révolutionnaires

Pour aller au sommaire, cliquez ici

Pour regarder la quatrième livraison, cliquez ici

« Je te ferai valser sur des tangos et vibrer les côtés

Tanguer sur des îlots d’un nouveau monde à l’autre

Je te ferai l’amour comme on ne le fait plus

J’ai chuchoté si fort qu’tu m’as entendu »

Kyo, Fremen


NOS CULS SONT RÉVOLUTIONNAIRES

            Avant de parler de cul, il faut évoquer celleux pour qui ce n’est pas un enjeu, car iels n’éprouvent pas de désir sexuel : les asexuel·les. Même si leurs voix commencent à être entendues, l’asexualité reste un sujet de blague, surtout dans le système hétéropatriarcal. Du côté féminin, on taxera la personne de frigide, elle n’aurait pas trouver le bon ou elle est trop laide pour être considérée comme « consommable » (arguments que l’on retrouve à l’encontre des lesbiennes et des féministes perçues comme radicales). Du côté masculin, l’absence de désir sexuel est un impensé, l’homme est toujours en appétit et désir forcément un corps (avec une boulimie sexuelle dans le cas des HSH). Autant dire que les asexuel·les font désordre dans une société qui place le sexe dans le centre de ses préoccupations majeures. À nouveau, il me semble que les communautés queer offrent un espace safe pour qu’iels puissent s’exprimer, trouver les termes pour s’autodéfinir et se retrouver pour partager une expérience commune, afin de comprendre que s’iels ne sont pas la norme, iels n’en sont pas pour autant une anomalie. À ce titre le compte Instagram « Paye ton ace », permet de donner des ressources sur les personnes asexuelles. L’affirmation de l’asexualité en communauté, rejoignant les personnes LGBTQ+, permet l’émergence de nouvelles thématiques et questions qui étaient balayées d’un revers de la main auparavant. Notamment, lorsque la sexualité n’est pas l’un des socles du couple, qu’est-ce qui le devient ? Quelle sera la différence entre le·a meilleur·e ami·e et le·a conjoint·e ? Ces questions se posaient déjà avec les personnes pratiquant le couple libre, mais cette fois-ci avec une sexualité pratiquée avec d’autres personnes que son·sa conjoint·e. Les résultats de ces débats seront passionnants pour les études sur les sexualités.

            Sur un tout autre registre, des documents commencent à apparaître sur l’abstinence sexuelle choisie. Elle n’a rien à voir avec l’asexualité, car dans le cas de l’abstinence, la personne éprouve ou a éprouvé un désir sexuel, mais fait le choix de ne pas assouvir cette envie ou la relègue au second plan, car elle n’a pas une très grande importance dans sa vie. Ainsi, en février 2020, Emmanuelle Richard a publié un recueil de témoignages intitulé Les Corps abstinents[1], pour montrer les multiples aspects que pouvait recouvrir l’abstinence et donner une image plus juste que la blague potache. C’est par ce type d’ouvrage que l’on peut parvenir à démystifier la pression sexuelle qui existe actuellement. Les corps jeunes devraient copuler comme des lapins et les corps vieux être chastes, mais la réalité est bien plus complexe, selon les envies, les partenaires et de manière générale le contexte.

Actuellement, les gens sont dépossédés de leur sexualité, c’est un modèle qu’on leur impose et cela nécessite du temps et de l’énergie pour s’en défaire et créer ses propres envies, phantasmes, etc. Tant qu’une pression ténue sera exercée sur les corps désirants et comment ils doivent être pour jouir « comme il faut », on entretiendra les complexes entrainant des troubles du comportement alimentaire, les opérations chirurgicales pour coller à un modèle irréel, tels qu’avoir une bite de poney ou un lifting des lèvres de la vulve, ou encore une honte d’être pucelle ou puceau à un âge quelconque. Peut-être que le mouvement des Incels ou les pick-up artists n’existeraient pas dans ces conditions. Ces injonctions ont tellement été répétées, assenées, que les personnes les ont intégrées. Le porno mainstream a lui aussi défini des codes précis à respecter. Il n’est plus nécessaire d’acheter/louer une VHS ou de se procurer un magazine, tout est disponible en ligne, très facilement. Des associations conservatrices s’en offusquent et voudraient l’interdire, voire faire disparaître le porno, en avançant l’argument qu’il ne serait pas représentatif du réel et qu’il pervertirait la jeunesse. Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain n’est pas plus réaliste non plus, les spectateur·trices le savent. Iels le regardent pour se divertir et parce que ce qu’iels voient diffère de leur quotidien. C’est la même chose avec le porno. Les consommateur·trices savent, la majorité du temps, que ça ne correspond pas à ce qu’iels vont vivre. Dans la consommation de X, on souhaite accéder au plaisir, en recherchant ses désirs, qui vont être stéréotypés, comme l’explique Florian Vörös dans Les Couilles sur la table[2]. On ne s’embarrasse pas de détails. Cependant, ce qui devient nécessaire et urgent, c’est la diversité dans l’offre des pornos et une véritable éducation à la sexualité. Car si les ados se doutent qu’iels ne regardent pas une sexualité réaliste, on doit leur donner les billes pour développer une érotique épanouissante et respectueuse.

Ovidie est une des activistes les plus connues dans le domaine, que ce soit dans la production pornographique ou l’éducation sexuelle. Elle est estimée et bien vue sur les plateaux car ses études de philo et lettre lui rachèteraient une respectabilité, comme si être juste soi ne suffisait pas ou que l’activité de travailleur·se du sexe déchoirait naturellement. Des violences sexuelles dégradant des acteur·trices existent dans certains studios de X, tel Jacquie et Michel, comme l’a raconté le journaliste Robin d’Angelo dans son enquête Judy, Lola, Sofia et moi (2018)[3]. Cependant, dans la veine des féministes pro-sexe étatsuniennes dont Anna Sprinkle, Ovidie a démontré que la pornographie n’était pas obligatoirement dégradante et maltraitante pour les femmes. Ancienne actrice de 2001 à 2013 sous le nom de Katsuni, Céline Tran a abondé dans son sens dans son autobiographie Ne dis pas que tu aimes ça (2018)[4]. Le problème actuel est que cela a un prix et que l’arrivée d’Internet et du porno en libre service a mis un coup à ces productions qui s’intéressent à ne pas reproduire des schémas violents non-consentis par les acteur·trices. Si les gouvernements mettaient autant d’énergie et d’argent à soutenir cette branche du porno qu’à tenter de limiter son accès aux mineurs, peut-être qu’il serait moins angoissant de savoir que des jeunes puissent tomber sur ce genre de production. Parce que, qu’iels le veulent ou non, les adolescent·es et même pré-ados y sont confronté·es, vers 13 ans en moyenne[5]. Ainsi il faut opérer un double mouvement, d’une part soutenir ce porno indépendant, alternatif, qu’il soit hétéro, homo, bi, que sais-je, et d’autre part mettre en place une véritable pédagogie à l’affectivité et à la sexualité dans les écoles. Il n’est pas nécessaire de rédiger une loi pour ça, elle existe déjà et date du 4 juillet 2001, dite loi Aubry : « Art. L.312‑16. – Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupes d’âge homogène. Ces séances pourront associer les personnels contribuant à la mission de santé scolaire et des personnels des établissements mentionnés au premier alinéa de l’article L. 2212-4 du code de la santé publique ainsi que d’autres intervenants extérieurs conformément à l’article 9 du décret n°85-924 du 30 août 1985 relatif aux établissements publics locaux d’enseignement. Des élèves formés par un organisme agréé par le ministère de la santé pourront également y être associés. » La législation existe. Appliquons-la. Je comprends les obligations multiples et parfois contradictoires imposées aux enseignant·es et c’est pour cela que l’État devrait enfin réinvestir dans ce service public (et bien d’autres), afin de mettre en place les politiques qu’il demande et aboutir à ce qui devrait être son objectif : une société équitable. Ce n’est toujours pas le cas.

Il arrive que ce soit l’institution de l’école qui effectue une levée de bouclier lorsqu’une personne externe tente de mettre en place ces politiques. Ovidie l’explique dans son documentaire audio, « L’éducation sexuelle des enfants d’internet ». Il lui a fallu, pendant un an, rencontrer des profs, gens de la région, etc. avant d’être face à une classe d’élèves. À croire qu’iels craignaient qu’elle fasse des castings à la Jean-Marc Morandini dans les écoles. Sa pédagogie avec les ados ne consiste pas à regarder des pornos en disant ce qui est bien ou non, ce serait stupide. Elle passe par l’éducation au consentement tout d’abord et à lutter contre le slutshaming, action qui a pour but de jeter l’opprobre sur une nana qui aurait une sexualité trop débridée. Selon qui et quels critères ? 404 Not found. S’ajoute la lutte contre le harcèlement, ce qui est l’objet du court-métrage qu’elle a co‑réalisé avec ces lycéen·nes, Un jour bien ordinaire (2019)[6].

Si ces deux mouvements s’opèrent, on peut espérer que les agressions sexuelles diminuent et que les futurs adultes ne seront pas jugeant sur l’ensemble des sexualités et affectivités qui sortent de l’hétéronormativité. Puis imaginez-vous. Du porno payé par vos impôts, avec le logo du CNC et Marianne enlacés. Ça m’excite plus que de le savoir investi dans un Rafale de Dassault.

Tout le monde a à y gagner. Adieu l’injonction à se faire dépuceler, être une « machine », endurant, bien membré, savoir la mettre et tutti quanti. Le but est de parvenir à une érotique où le dialogue soit naturel et permette aux deux personnes (ou plus) de prendre leur pied. Plus de missionnaire ou levrette vite torchée et où la fin du coït serait sonnée par l’éjaculation masculine. Plus de préliminaires, parce que ça sous‑entend que ce qui est en-dehors de la pénétration ne serait pas une sexualité complète. Plus d’a priori sur le fait qu’une nana ça doit se raser et qu’un mec ça ne se fait pas pénétrer. Plus besoin d’expliquer tous ces principes dans des livres bateau à la Audelà de la pénétration de Martin Page. Cet essai m’effare, parce qu’il parle d’une chose évidente : le cul sans pénétration est possible, mais cela semble être une nouvelle découverte des Amériques pour l’auteur et son entourage. C’est là que je me dis que la sexualité hétéronormée sous la coupe de la masculinité hégémonique est un carcan, puisqu’elle a mis de telles œillères que lorsqu’on les soulève un peu, on se transforme en révolutionnaire du cul. Pour autant, si Page arrive à ouvrir les yeux à d’autres HSBC sur le sujet, et il me semble que ce soit le cas, tant mieux et je m’en réjouis.

L’importance que prend le chibre dans la sexualité montre qu’elle est androcentrée. C’est l’homme qui doit initier l’acte, c’est son érection qui montre qu’on peut « passer aux choses sérieuses » et une fois qu’il a juté en pénétration ou maintenant aussi en facial, merci bonsoir et à la prochaine. Quentin Dubois l’explique : « Comme le souligne Hocquenghem, l’acte sexuel sans éjaculation est vécu comme un échec : de telle sorte que l’acte sexuel vise comme fin l’éjaculation, le sperme reproducteur. C’est lorsqu’il y a éjaculation que l’acte sexuel prend fin. En bref, c’est la finalité reproductive de l’hétérosexualité qui commande l’acte sexuel dans le champ social.[7] » Et c’est ça qui est terrible, en ne se concentrant que sur la venue du sperme, cette injonction à en mettre partout, on balaye tous les autres plaisirs. De plus, avec la masculinité hégémonique, qui ne perçoit comme valide que le sexe entre deux personnes de genres opposés, il existe l’obligation à la reproduction qui repose sur les femmes, ainsi que l’explique Wittig : « Car la catégorie de sexe [homme/femme] est le produit de la société hétérosexuelle qui impose aux femmes l’obligation absolue de la reproduction de “l’espèce”, c’est-à-dire de la reproduction de la société hétérosexuelle. L’obligation de reproduction de “l’espèce” qui incombe aux femmes est le système d’exploitation sur lequel se fonde économiquement l’hétérosexualité.[8] » Il serait temps de sortir de cette sexualité androcentrée à but reproductive, car elle ne convient plus qu’à quelques grenouilles de bénitier aigries et de pisse-froid.

Le tout n’est pas de basculer dans l’opposé, comme c’est le cas depuis des dizaines d’années, où le fait d’avoir des encouragements à baiser comme des lapins, pour les femmes, les hommes et les autres, serait quelque chose de disruptif et tellement subversif. Non. Foutre de l’érotisme partout, ça n’est pas une libération du cul, c’est juste une nouvelle cage dorée. Violette Leduc disait dans une interview en 1965 : « On parlait de gâchis tout à l’heure, [il ne faudrait pas] que l’érotisme devienne un gâchis, je crois que c’est ce qu’il est en train de devenir. On le met à toutes les sauces… et à des mauvaises sauces. L’érotisme c’est sacré, c’est pas vulgaire.[9] » On a pris l’érotisme parce que c’était tendance, c’était comme ça qu’il fallait agir et pas autrement. Au bûcher ces recommandations pour bien prendre son pied. Que la sexualité devienne un nouvel espace pour s’épanouir, une fois par l’an, quinze fois par jour, seul ou à plusieurs, avec pour seule règle le consentement. Les corps sont des mécaniques passionnantes, des tétons, à l’anus, la bouche, les organes génitaux en passant par la peau. Dégageons l’hétéronormativité de nos lits, entre autres, ayons des orgasmes avec demi-molles, que la cyprine coule en jouant avec le lobe des oreilles, qu’il y ait des pénétrations pendant qu’iel ait ses règles si le désir est là, qu’iel jouisse avec des toys sans que le·a partenaire ait l’impression de ne pas être suffisant·e, c’est juste un autre champ des possibilités. Ce n’est pas bannir une sexualité où un missionnaire tous les premiers samedis du mois conviendrait, mais il s’agit d’avoir une sexualité qui convienne à tou·tes sans se dire que ce n’est pas normal ou qu’il faut faire comme les autres. Le privé peut être public, mais également demeurer secret. L’important est que l’érotique soit une source de joie et non d’angoisses diverses et, derechef, la suppression du sexe sous la coupe de la masculinité hégémonique aidera à aboutir à cette situation.

Car actuellement, on reste dans une éducation où les corps assignés féminins à la naissance sont à disposition des corps assignés masculins. C’est la princesse qu’on vient délivrer, le mec sympa qui a le droit à son « retour sur investissement », les femmes ces tigresses qui sont à dompter et celles qui n’ont pas trouvé le bon qu’il faut « convaincre » à nouveau. L’exemple le plus banal et encore tristement répandu est : « fais attention quand tu sors et tu envoies un message quand t’es rentrée. » À partir de quand on se dit qu’il est aberrant de devoir mettre en garde naturellement un genre envers l’autre. Les féministes et d’autres s’en offusquent depuis plus d’un siècle et pourtant l’éducation au masculin ne change pas. Heureusement des mouvements comme Me Too et Balance ton porc se sont soulevés pour que les lignes bougent. Cependant le système est tellement ancré que cent fois sur le métier il faut remettre l’ouvrage. Un des exemples est la prise de parole d’Adèle Haenel sur les agressions sexuelles qu’elle a subi de Christophe Ruggia[10]. Il y a un frémissement, des effets de manche, mais pour le moment le viol n’est pas pénalisant dans un parcours de vie masculin, tout particulièrement s’il est riche et a des responsabilités. À l’étranger les exemples de Trump, Woody Allen ou Polanski l’illustrent et la France en contient de nombreux exemples, que ce soit Gabriel Matzneff, Frédéric Mitterrand, Gérald Darmanin ou Valéry Giscard d’Estaing. Doit-on citer aussi Patrick Balkany ? Que de carrières ruinées… Despentes explique dans son entretien avec Victoire Tuaillon[11] qu’il est nécessaire d’apprendre aux meufs à se défendre et que les mecs, à force de craindre de se prendre des branlées, finiront par cesser leurs agressions. Dans un monde utopique, je trouverais ça extrême. Dans le nôtre, c’est plutôt réaliste. De toute manière, les hommes ne peuvent plus dire qu’ils ne savent pas. À présent que la quatrième vague du féminisme éclabousse tout le monde, il n’est plus question de savoir s’ils veulent marcher à contre-courant, mais s’ils veulent boire la tasse ou suivre le mouvement. S’ils se font taper sur les doigts ou poursuivre pour agression sexuelle, ils ne pourront plus dire qu’ils ne s’apercevaient pas qu’ils étaient allés trop loin.

Lorsqu’on (et je m’y inclue) déclare « men are trash », ceux qui réagissent en disant : « pas tous » sont ceux qui n’ont pas compris le slogan. Évidemment, mathématiquement, tous les hommes ne sont pas des ordures et étant donné que des mecs le disent aussi, cela signifierait qu’il y aurait une misandrie intériorisée chez eux (ce qui n’est pas impossible, mais ne change rien). Le fait est que, l’éducation masculine actuelle est imprégnée de la masculinité hégémonique, qui entraine des comportements misogynes, homophobes et parfois racistes. C’est ce modèle et ses conséquences qui est « trash ». Donc maintenant, quand vous entendrez ce slogan et que vous vous sentirez directement visé, remettez-vous en question de demandez-vous comment vous pouvez agir pour ne plus être concerné au premier plan. Un indice, ce n’est pas en allant faire des stages de virilité en poussant des voitures sous la pluie en hurlant des chants pétainistes.


Tu veux lire la suite ? C’est par ici !


[1] Emmanuelle Richard, Les corps abstinents, Paris, Flammarion, 2020.

[2] Victoire Tuaillon, « En regardant du porno », YouTube, Binge Production, Les couilles sur la table, N°14, 13 avril 2018, en ligne, https://www.youtube.com/watch?v=CpBMQUaxh6c&list=WL&index=11, consulté le 22 septembre 2020.

[3] Robin d’Angelo, Judy, Lola, Sofia et moi, Paris, Éditions Goutte d’Or, 2018.

[4] Céline Tran, Ne dis pas que tu aimes ça, Paris, Fayard, 2018.

[5] Ovidie, « L’éducation sexuelle des enfants d’internet », France Culture, La Série Documentaire, réalisé par Nathalie Battus, 2019.

[6] Ovidie et Corentin Coëplet, Un jour bien ordinaire, court-métrage, 2019.

[7] Quentin Dubois, « “Notre trou-du-cul est révolutionnaire” analyse du concept d’anus chez Hocquenghem et Preciado », communication présentée lors du colloque « Mutantes/Vampires autour des œuvres de Virginie Despentes et Paul Beatriz Preciado » à l’Université Paris 8 le 15 décembre 2016 (non publié), p. 3.

[8] Monique Wittig, op. cit., p. 39.

[9] [S.A.], « Rencontre avec Violette Leduc », De Soleil et d’Azur, 4 novembre 1965, France 3 Provence Alpes, INA.

[10] [S.A.], « Violences sexuelles : Adèle Haenel veut que “les bourreaux se regardent en face” », Mediapart, en ligne https://www.mediapart.fr/journal/france/041119/violences-sexuelles-adele-haenel-veut-que-les-bourreaux-se-regardent-en-face, le 4 novembre 2019, consulté le 22 septembre 2020.

[11] Victoire Tuaillon, « Virginie Despentes – Meuf King Kong », YouTube, Binge Production, Les couilles sur la table, N°47, 12 septembre 2019, en ligne https://www.youtube.com/watch?v=CGh9E8-yL1c, consulté le 22 septembre 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search