Mes Couilles – Chaque année nous sommes 15000 & Brûlons le château

Pour aller au sommaire, cliquez ici

Pour regarder la quatrième livraison, cliquez ici

« Je l’ai laissé travailler comme il voulait entre mes nouvelles dents de velours, j’ai franchi les dernières frontières de l’horreur. Ma salive m’embarrassait et je me résignais pendant que j’étouffais.

Je lui payais la soirée des billets grands comme des feuilles de cahier. Nous entendions le froissement de l’argent, du tombé de porte-billets.

J’apprends à mourir de dégout, me dis-je. Je meurs, je suis docile. Je m’en vais, tout lui plaît, tout s’assouplit. »

Violette Leduc, Ravages

CHAQUE ANNÉES NOUS SOMMES 15 000

Début 2013, en troisième année de licence de Lettres, j’ai choisi en enseignement « études féministes » encadré par Sam M-H Bourcier. C’était intéressant car la parole était libre et chaque semaine un nouveau texte était présenté puis débattu. Je ne me souviens plus de l’autrice, mais une étudiante a pris la parole et nous a expliqué qu’elle avait subi un viol. Cependant, elle n’en gardait aucun traumatisme et ne s’était pas sentie victime. Elle n’avait pas donné son consentement et donc de facto l’acte sexuel était une agression, mais il n’y avait pas eu de chemin de croix tel que décrit dans les témoignages de femmes victimes de viol. À 20 ans j’avais peu travaillé sur le viol et ne connaissait pas toutes les complexités de ces agressions (encore aujourd’hui je n’appréhende pas tout et il me semble impossible d’y parvenir un jour). Entendre que la damnation éternelle et les séquelles irréversibles ne soient pas des obligations m’ont fait réfléchir un moment, me révélant que manichéisme et agressions sexuelles ne sont pas compatibles.

            Je l’ai aussi compris en étudiant Ravages de Violette Leduc[1]. Une des scènes censurées décrit un viol par facefucking (irrumation dans la langue d’Annie Ernaux). La violence en est inouïe et Leduc révèle les mécaniques des échanges économico-sexuels, théorisés par Paola Tabet[2], c’est-à-dire les hommes qui pensent que, parce qu’ils ont payé le resto, un collier, ils ont automatiquement droit à une petite pipe entre la poire et le fromage. Pour autant, à aucun moment Leduc ne se peint en victime à travers son alias Thérèse. Au contraire, elle a un droit de vie et de mort symbolique sur son violeur. À nouveau, toutes mes connaissances étaient remises en question, surtout que Thérèse le soir recouche avec son agresseur, en étant consentante, puis se marie avec lui des années plus tard.

            Ces discours rompant avec l’image de la victime-passive-soumise ont pu émerger avec Me Too, Balance ton porc et les collectifs féministes, comme l’a montré Valérie Rey‑Robert dans Une culture du viol à la française. La Justice et la Police ne font pas leur taf. « Dans une étude portant sur l’accueil des femmes qui portent plainte en gendarmerie ou au commissariat, réalisée par Le Groupe F et Paye ta police, sur cinq-cents femmes 60 % racontent avoir essuyé un refus ou avoir dû insister pour pouvoir porter plainte. Les moqueries, les propos sexistes reviennent dans 18 % des témoignages. Plusieurs témoignages rapportent des propos homophobes, transphobes ou racistes. Moins de 14 % des femmes victimes de violences portent plainte.[3] » Les agressées ont repris les rênes pour ne plus être réduites à ce statut de victimes. Elles peuvent à nouveau se réapproprier leur destin en agissant elles-mêmes, par la force du collectif et de l’empouvoirement. Le traumatisme est réel et profond pour certaines, mais de plus en plus de modèles montrent que la honte doit changer de camp et que la reconstruction est possible. Madonna l’a fait, Despentes en a tiré un manifeste fondateur pour la troisième vague, Annie Ernaux l’a transformé en littérature précise et magnifique avec Mémoire de fille[4] et Adèle Haenel a donné une voix pour celles et ceux qui ne mettaient pas encore le nom dessus.

            J’en ai fait partie.

            Je me suis senti humilié et ne me suis jamais senti aussi sale qu’à ce moment.

            Est-ce que j’en veux à mon agresseur ? Non. Est-ce qu’il savait que c’était un viol ? Je ne crois pas. Est-ce que je lui ai dit ? Non, parce que je pense que ça le détruirait et que je suis passé à autre chose sans séquelle.

            J’aurai pu en prendre conscience avant, mais ne l’ai pas fait à l’image d’autres HSH victimes, comme l’explique Matthieu Foucher : « Lors de la vague #MeToo en 2017, alors que les langues se déliaient, la plupart des gays sont restés silencieux, en partie, selon Sidney, du fait d’une forme d’autocensure, les militants les plus à même d’initier une discussion craignant de ne pas avoir leur place dans un mouvement lancé par des femmes.[5] » Il m’a fallu plusieurs années et le témoignage d’Haenel pour nommer mon viol, alors qu’il s’agit d’une thématique majeure de ma thèse sur la censure. L’ironie est bien ironique. Parce que le viol ça détruit forcément, parce que le viol tu sais le reconnaître à l’instant même, parce que le viol ça n’arrive qu’avec des bourrins, mais surtout parce que le viol ça n’arrive qu’aux autres. Pas à soi. Surtout quand on est un mec. Rey-Robert le dit : « Le violeur c’est l’autre, et pour s’en assurer il convient de repousser cette entité barbare au ban de la norme. Ainsi, nous avons doté les agresseurs sexuels hypothétiques de stéréotypes bien particuliers. Ils seraient issus de basses classes, étrangers, en marge de la société, au sens strict en “banlieue”, c’est-à-dire tout autour de nous, en périphérie mais jamais au centre, au cœur de ce que nous reconnaissons comme un nous collectif acceptable.[6] » L’enquête Contexte de la sexualité en France, menée en 2008 par Michel Bozon et Nathalie Bajos, indique que « 5% des hommes déclarent avoir subi des rapports forcés ou des tentatives de rapports forcés au cours de leur vie et, selon l’enquête Virage, 2 500 hommes déclarent avoir été violés, 1 000 avoir subi une tentative de viol et 185 000 une agression sexuelle dans les douze mois précédant l’enquête.[7] » Selon le rapport le viol et les violences sexuelles faites aux femmes, conduit par Marie-Pierre Rixain et Sophie Auconie, en 2017 il y a eu 15 000 hommes victimes de viol ou tentative de viol[8]. Chaque année, puisque les députées disent que ces chiffres sont constants, 0,07% de la population masculine est confrontée dans sa chair à cette question. Cette affirmation n’est pas là pour minimiser les agressions sexuelles et viols dont sont victimes les femmes et les autres, car l’agresseur est le même dans 98% des cas : un mec. Pour reprendre de nouveau Valérie Rey-Robert « La virilité se fonde sur des valeurs oppressives envers les valeurs inculquées aux femmes. Elle implique d’être violent, de mépriser les femmes, de s’estimer supérieur. Elle implique l’apprentissage de la violence qui est valorisée partout.[9] » Et c’est là que les gens devraient hurler d’une même voix. Le problème ne concerne pas les deux genres de manière égale, ce n’est pas 45% de femmes autrices de crimes sexuels et 55% d’hommes. Quelque chose foire dans l’éducation sexuelle des gars et il faut arrêter les conneries dès maintenant.

            Si jamais l’éducation et l’éradication de la culture du viol ne suffit pas, alors oui, il faudra être violent. Tant que les gouvernements continueront à cracher ouvertement à la gueule des personnes ayant vécu un viol ou une tentative, par exemple en nommant Darmanin premier flic de France, alors oui, nous allons continuer à les pourchasser. La crainte doit changer de camp et nous refusons de voir les racistes, les LGBTphobes, les violeurs et autres tueur·ses de prolos continuer à nous gouverner en espérant qu’on soit docile pour qu’iels puissent continuer à nous asservir. Despentes nous l’a rappelé, maintenant on se lève et on se casse pour briser vos jouets mortifères.

            Les dialogues ont été tentés, le pacifisme aussi. Françoise Giroud était bien docile, comme l’ont filmé les Insoumuses dans Maso et Miso vont en bateau[10], et elle n’a pas obtenu grand-chose. Les composantes du MLF ont été plus efficaces. Dans un cas contemporain, l’action de Marlène Schiappa contre les féminicides et pour donner des moyens aux associations a largement été critiquée. Le plus bel éclat a été son soutien au député LREM Stéphane Trompille, condamné pour harcèlement sexuel sur une ancienne collaboratrice. Ce dernier ayant fait appel, Schiappa a tweeté après le verdict, le 26 mai 2020 : « Réaffirmons un principe : la protection des femmes fait partie de l’ADN de @enmarchefr aussi toute personne condamnée définitivement pour harcèlement sexuel ne peut, à mon sens, pas se revendiquer du mouvement. #NeRienLaisserPasser » On admirera l’audace du hashtag et du « définitivement ». Enfin le dernier exploit en date est le fait de travailler pour Darmanin, impliqué dans deux affaires l’accusant de viol, dont une pour laquelle il reconnait les faits. Quand l’Élysée affirme que ce « n’est pas un obstacle », la manière pacifiste est inefficace, et c’est la culture du viol qui est institutionnalisée et légitimée.

            Les accusations de crime sexuel ne détruisent pas les vies des violeurs. Arrêtons avec ce mythe. Les rares qui sont tombés, à l’instar de Weinstein ou Matzneff, et encore « tomber » est une exagération, sont ceux qui ont perdu de leur superbe, qui ne sont plus au sommet ou bien ce sont leurs victimes qui ont gagné en puissance. C’est le principe des capitaux bourdieusiens. Vous avez le réseau, l’argent, la prestance sociale ? Alors c’est vous le·a dominant·e. Vous êtes seul·e, pauvre, non reconnu·e socialement ? Vous n’êtes pas considéré·e. Ce n’est pas seulement une question de classe sociale, mais aussi de race, de genre et d’intersectionnalité, théorisé par Kimberlé Crenshaw. Cette différence de traitement est résumée dans la morale des Animaux malades de la peste de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable/Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » C’est pour cette raison que les mouvements de luttes contre les violences sexuelles doivent s’accompagner d’une lutte contre le patriarcat et le capitalisme. Tant que les hommes riches, éduqués, dans la masculinité hégémonique exerceront dans les élites dirigeantes, on ne sortira jamais de la culture du viol et de la justice à deux vitesses. Philippe Poutou parlait justement de « l’immunité ouvrière » qui n’existait pas. Les condamnations d’auteurs de violences sexuelles sont rarissimes, alors s’il s’agit d’une personne à fort capitaux, la sentence est quasiment impossible à obtenir.

            Pour autant, est-ce que le tout carcéral serait la réponse ? Je dirais non, en me rangeant aux propos de Despentes qui explique, dans son grand entretien avec Victoire Tuaillon[11], que la prison ne fait que créer des individus encore plus violents. Alors qu’est‑ce qu’on fait ? Premièrement, pour le long terme, on applique vraiment la loi Aubry sur l’éducation à la sexualité et vie affective. Deuxièmement, on arrête d’investir dans la violence avec la police et les CRS à tout va et on réinvestit dans les métiers du care, ceux qui aident les gens. On crée des postes d’assistant·es sociaux·ales, d’éducateur·trices, médiateur·trices, etc. C’est sûrement utopiste, mais je préfère plus croire en la puissance de Super Nanny ou de Pascal le grand frère qu’à celle de Didier Lallement. Il faut également donner les moyens aux psys qui organisent des groupes de paroles d’auteurs de violences physiques et/ou sexuels. Des lignes d’écoute existent, mises en place par des associations de professionnel·les de santé s’étant consacré·es à ce sujet. Elles sont regroupées sous l’égide de la Fédération Nationale des Associations et des Centres de prise en Charge d’Auteurs de Violences conjugales et Familiales (FNACAV), depuis 2003, qui agissent en complément de structures prenant en charge les victimes de ces violences. Admettons que toutes ces pistes soient appliquées, que la FNACAV soit connue de tou·tes, etc. Est-ce que les viols disparaîtront ? Non. Mais j’ai la candeur d’esprit de penser qu’on pourrait diminuer le nombre d’agresseurs par dix et d’épargner bien des victimes de cette expérience pénible.

« Tu dis qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce temps, tu dis qu’il n’existe pas. Mais souviens-toi. Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente. »

Monique Wittig, Les Guérillères

BRÛLONS LE CHÂTEAU

            Alors que fait-on du château de carton-pâte ? Est-ce qu’on laisse vraiment ses travailleur·ses vieillir et s’éteindre en espérant qu’il n’y en ait plus de nouveaux et nouvelles ? C’est impossible. À chaque fois que l’on croit que c’est terminé, la flamme se ravive. Il est difficile de se débarrasser des mauvaises herbes et encore plus des mauvaises habitudes. En 1949, Beauvoir disait que : « la querelle du féminisme a fait couler assez d’encre, à présent elle est à peu près close : n’en parlons plus.[12] » Elle se trompait puisque les mouvements féministes des années 1970 ont montré toutes les luttes restantes. Dans les années 2000, on croyait l’affaire réglée et consommée. Despentes a dû insister pour apposer la mention de manifeste en quatrième de couverture de King Kong théorie, en 2006, et l’engouement autour du texte a clairement montré que tout n’était pas terminé. C’est un mouvement perpétuel jusqu’à 2020. En dépit des nouveaux mouvements féministes, le gouvernement français ne se sent pas en faute en mettant en ministre de l’Intérieur un type accusé par deux femmes de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, à la Justice un homme qui estime que Me Too et Balance ton porc a créé : « une hystérisation du débat totalement inutile » et Elisabeth Moreno en secrétaire à l’égalité femme-homme qui déclare : « il n’y a pas de plus grande complémentarité qu’entre les femmes et les hommes. » Il faut à nouveau s’alarmer, surtout quand s’ajoute à cette ambiance vichyste une islamophobie de plus en plus décomplexée. La masculinité hégémonique, blanche‑hétérosexuelle-capitaliste, a posé ses valises et les associations féministes et LGBT+, entre autres, peuvent s’inquiéter de cette revendication violente de l’hétéropatriarcapitalisme. Ce sont derechef des années dorées pour le château de carton‑pâte et une légion de nouvelles et nouveaux ouvrier·es pour l’entretenir et le choyer.

            La solution à cet enfer n’est pas de fuir à l’étranger, façon évasion fiscale comme Florent Pagny. Il est temps de construire nos utopies queer à taille humaine, qu’elles soient temporaires ou durables, que ce soit aux Solidays ou en communauté telles les RadicalFearies. Ces lieux sont des réalités tangibles, on l’a vu avec la ZAD de Notre‑Dame‑des-Landes, avec les Maisons du peuple ou encore les Universités d’Été Euroméditerrannéennes des Homosexualités. Les collocations, centre communautaires ou collectifs sont également des possibilités. Toutes ces démarches permettront de construire des modèles en-dehors de la masculinité hégémonique, de se réapproprier l’espace pour qu’il devienne un endroit de tous les possibles, mais surtout de repos et de protection. Soyons réalistes, pour le moment nous restons quotidiennement confronté·es à ce système hétéropatriarcapitaliste, c’est pourquoi les lieux safe, parfois en non mixité, restent un impératif. Ils nous permettront de pouvoir repartir au combat chaque jour pour faire de la pédagogie, militer, se regrouper et se défendre, mais aussi s’aimer, se soutenir et s’unir sous la bannière de la mafia lavande et peut-être même que des hétéros et hétéras, en-dehors du système hégémonique, pourront se joindre à nous. C’est nécessaire, car iels en sont les premières victimes, comme Beauvoir, Wittig, Despentes, entre autres, l’ont dit pour les assignées femme, et, inspiré par leurs écrits, comme j’ai voulu le faire pour les assignés hommes.

            Nous ne pouvons pas renverser cet ordre du jour au lendemain, hélas. Mais nous pouvons dès maintenant tisser, renforcer et consolider les liens avec nos adelphes et répandre cette dynamique déjà dans nos communautés, qui de plus en plus sont gangrénées par la droite, l’extrême-droite et le capitalisme. Racisé·es, Blanc·hes, valides, en situation de handicap, hétéros, LGBT+, cis, trans, meufs, mecs, etc. : l’ennemi est commun. Agissons. Prenons conscience de notre valeur, comme le disait Despentes : « Je voulais conclure en parlant de cette obsession qu’ont tous les régimes autocratiques – d’extrême droite comme religieux comme communistes – de s’en prendre aux corps queer, aux corps salopes, aux corps trans, aux corps hors la loi. C’est comme si on avait le pétrole – et que tous les régimes puissants veuillent accéder à ce pétrole et nous expulser de la gestion de nos terres au motif. C’est comme si on était très riches d’une matière première indéfinissable. À force d’intéresser tant de monde, on finit par se dire qu’on doit bien avoir quelque chose relevant de l’essence rare et précieuse – sans quoi comment expliquer que tous les mouvements liberticides s’intéressent d’aussi près à ce qu’on fait de nos identités, de nos vies, et de nos corps dans les chambres à coucher ?[13] »

            « Le féminisme est une aventure collective, pour les femmes, pour les hommes, et pour les autres. Une révolution, bien en marche. Une vision du monde, un choix. Il ne s’agit pas d’opposer les petits avantages des femmes aux petits acquis des hommes, mais bien de tout foutre en l’air[14] » prévoyait Despentes en conclusion de King Kong théorie.

            Alors, qui vient balancer des molotovs et s’aimer devant les flammes du château ?


[1] Violette Leduc, Ravages, Paris, Gallimard, « Blanche », 1955. Une édition non-censurée est en cours et devrait paraître pour les cinquante ans de la mort de l’autrice, en 2022.

[2] Paola Tabet, La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2004.

[3] Émilie Notéris, op. cit., p. 93.

[4] Annie Ernaux, Mémoire de fille, Paris, Gallimard, « Blanche », 2016.

[5] Matthieu Foucher, « À la recherche du #MeToo gay », Vice, en ligne https://www.vice.com/fr/article/bv84b5/a-la-recherche-du-metoo-gay, le 23 septembre 2020, consulté le 23 septembre 2020.

[6] Valérie Rey-Robert, op. cit., p. 135.

[7] Ibid., p. 164.

[8] « En France, les chiffres officiels de 2017 font état de 93 000 femmes victimes de viol ou tentative de viol sur l’année, soit 0,4 % de la population féminine, et 15 000 hommes victimes de viol ou tentative de viol, soit 0,07 % de la population masculine » Sophie Auconie et Marie-Pierre Rixain, Rapport d’information, fait au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femme, sur le viol, en ligne http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/ega/l15b0721_rapport-information#, le 22 février 2018, consulté le 23 septembre 2020, p. 1.

[9] Valérie Rey-Robert, op. cit., p. 270.

[10] Nadja Ringart, Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig, Maso et Miso vont en bateau, Les Insoumuses, 1975.

[11] Victoire Tuaillon, « Virginie Despentes », YouTube, Binge Production, Les couilles sur la table, N°47-50, 12 septembre – 3 octobre 2019, en ligne https://www.youtube.com/watch?v=CGh9E8-yL1c, https://www.youtube.com/watch?v=d2s6W5ZdRvQ, https://www.youtube.com/watch?v=j7KA7d1Kxx0, https://www.youtube.com/watch?v=Vdk6KjwAjoU, consulté le 23 septembre 2020.

[12] Simone de Beauvoir, op. cit., p. 25.

[13] Virginie Despentes, « Préface », in Paul B. Preciado, Un appartement sur Uranus, Paris, Grasset, 2020, p. 15.

[14] Virginie Despentes, King Kong théorie, op. cit., p. 145.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search