Lettre de lecture – Le Sexisme, une affaire d’hommes de Valérie Rey-Robert

Le 4 février 2021, À Hellemmes

            Chère Valérie Rey-Robert,

            Sur les conseils d’une très chère Kamarade, j’avais lu Une Culture du viol à la française[1]. Le livre m’avait passionné. Le fond était excellent, bien sourcé (peut-être que j’aurais des choses à redire sur les notes de bas de pages, mais ça c’est mon côté universitaire psychorigide) et, il est important de le souligner, bien écrit. Le style est fluide et ce n’est pas toujours donné dans les essais. Mon seul reproche était parfois les répétitions, mais comme me le rappelait ma Kamarade : le livre étant à destination du grand public, c’était donc normal. Après tout, la pédagogie est l’art de la répétition. Pris sous cet angle, en chaussant des lunettes de « néophyte » ou personne abordant la question pour la première fois, je ne pus que saluer la démarche à nouveau.

            Au moment de noël, ma mère m’a dit de m’acheter un livre en cadeau, qu’elle me le rembourserait. Je souhaitais acquérir la Correspondance croisée avec Jacques-Laurent Bost[2], cependant, étant un galérien, et démotivé par le contexte sanitaire, je m’y suis pris à la dernière minute et personne n’avait le précieux volume. Alors, en trainant devant le rayon faisant la promotion des islamogauchistes-séparatistes-féministes (rayer les mentions inutiles), j’ai vu votre livre : Le Sexisme, une affaire d’hommes[3]. Je craignais des répétitions, une sorte de redite un peu plus approfondie. Cependant, même si c’était le cas, la lecture m’en serait agréable et puis le livre est beau (oui, il en faut peu pour me convaincre). Je l’embarque, le reçois par presque surprise à noël et le mets sur la pile des ouvrages « à lire plus tard, mais pas trop tard, parce que faut bien que cette pile diminue ».

            Fin janvier je l’ouvre, parce qu’au milieu du #MeTooGay[4] le besoin d’une stabilité intellectuelle m’est impérieuse pour retrouver un peu de sérénité. Dès le premier chapitre, je suis saisi. Durant l’été 2020, j’étais « à la recherche d’un manifeste qui péterait les genoux à la masculinité hégémonique[5] » et, à défaut de le trouver, j’ai écrit Mes Couilles pour une boucle d’oreille[6]. Pour autant, tout comme Leduc se rendant compte qu’elle a raté sa description d’une vieille fille, dans La Vieille fille et le mort[7] après avoir lu La Ballade du café triste de Carson McCullers[8], je constate mon échec en vous lisant. Vous réussissez à prendre l’angle nécessaire, vous décaler, pour constater les évidences sur lesquelles nous avons le nez trop collé pour les voir.

            Je commencerai par la seule critique qui est, par de rares moments, l’imprécision des notes, lorsque vous collez directement l’adresse des sites (p. 129 ou p. 171). Je suis goujat de le faire remarquer, alors que 95% des autres sont parfaites, mais il fallait bien trouver un défaut. Après, j’ai plus une interrogation sur la spatialité de l’analyse. Vous utilisez à la fois des études états-uniennes, françaises et plus largement européennes. Chacun de ces pays a ses spécificités et je me demande si on peut envisager les résultats de ces enquêtes, aussi sérieuses soient-elles, sur le même plan ? Aussi, est-ce que votre analyse s’applique aux pays de l’hémisphère Nord ou ailleurs ? Ce flou me taraude, même s’il n’empêche pas le déroulement de l’analyse.

            Ce dont je suis le plus admiratif, c’est la somme de sources compilées, croisées, interprétées pour justement étayer votre propos. Elle démontre que ce regard décentré existe déjà dans la recherche (ce qui ne m’étonne pas), mais en en faisant un regroupement et une interprétation, il frappe d’autant plus. Surtout, après le Mythe de la virilité[9], l’exercice ne me semblait pas aisé d’apporter une nouvelle approche aussi novatrice. Pourtant vous y parvenez en remontant aux origines, toujours plus aux origines. Le fait de savoir que Pandore a ouvert la boîte ne vous suffit pas, vous voulez savoir qui a construit la boîte et pourquoi on la mise devant Pandore. C’est ça qui est génial. Ainsi vous démontez avec brios les poncifs hétéropatriarcaux, déjà décriés par nombre de féministes, tels que ce serait aux femmes de faire attention dans la rue, de surveiller leurs tenues, etc. Mais vous y ajoutez des réflexions que je n’entends que depuis 2-3 ans, telle que la condamnation de la rage des « good guys », qui veulent s’en prendre aux agresseurs. Enfin, l’apport majeur vient de l’analyse du postulat exposé dans l’introduction :

Les hommes se suicident beaucoup plus que les femmes. Les hommes meurent davantage sur la route que les femmes. Les hommes causent davantage d’accidents routiers mortels que les femmes. Les hommes ont plus d’accidents que les femmes. Les hommes sont les principaux auteurs de meurtres et d’assassinats. Les hommes sont les principaux auteurs de tous les crimes et délits. Les hommes sont les principales victimes d’homicides. Les hommes sont les principaux auteurs de coups et blessures. Les hommes sont dans l’immense majorité responsables des violences sexuelles sur les mineur·es, les femmes et les hommes.[10]

On sait que la masculinité hégémonique tue. Les féminicides l’illustrent tristement depuis des décennies. Mais vous ne vous limitez pas, justement, aux violences exercées à l’encontre des femmes. Vous vous attardez pour montrer que les hommes fortement imprégnés de masculinité hégémonique oppressent, violentent, tuent, tout le monde, peu importe le genre et l’âge des victimes. Ceci est brillant et créera peut-être la brèche, je l’espère, pour que les hommes se rendent comptent qu’ils ont tout intérêt à détruire la masculinité hégémonique viriliste.

Je terminerai avec les mots de Monique Wittig pour qualifier votre essai :

Toute œuvre ayant une nouvelle forme fonctionne comme une machine de guerre, car son intention et son but sont de démolir les vieilles formes et les règles conventionnelles. Une telle œuvre se produit toujours en territoire hostile. Et plus ce cheval de Troie apparaît étrange, non-conformiste, inassimilable, plus il lui faut du temps pour être accepté.[11]

Je crois les doigts pour que Le Sexisme, une affaire d’hommes et ses analyses soient vite acceptées et ses solutions appliquées.

Encore merci,

Alexandre Antolin


[1] Valérie Rey-Robert, Une Culture du viol à la française [2019], Paris, Libertalia, 2020.

[2] Simone de Beauvoir, Correspondance croisée avec Jacques-Laurent Bost, éd. Sylvie Le Bon de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Blanche », 2004.

[3] Valérie Rey-Robert, Le Sexisme, une affaire d’hommes, Paris, Libertalia, 2020.

[4] Pour plus d’informations sur le mouvement, je recommande l’article de Matthieu Foucher (« À la recherche du #MeToo gay », Vice, en ligne https://www.vice.com/fr/article/bv84b5/a-la-recherche-du-metoo-gay, le 23 septembre 2020, consulté le 23 septembre 2020) et l’interview de Jean-Baptiste B. (« On est sujet, en tant qu’homosexuel, à 12 fois plus de violences sexuelles qu’un homme hétéro », Simone Média, en ligne https://twitter.com/simonemediafr/status/1354834846149980162, le 28 janvier 2021, consulté le 4 février 2021). De même, leur compte Twitter est une source d’informations très utile, respectivement @MatthieuFoucher et @Kuzcotopia_.

[5] Alexandre Antolin, Mes Couilles pour une boucle d’oreille, La Mafia Lavande, en ligne https://mafialavande.hypotheses.org/92, 2020, consulté le 4 février 2021.

[6] Disponible sur mon carnet Hypothèse : https://mafialavande.hypotheses.org/mes-couilles-pour-une-boucle-doreille-2.

[7] Violette Leduc, La Vieille fille et le mort [1958], Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2015.

[8] Carson McCullers, La Ballade du café triste [1951], trad. Jacques Tournier, Paris, Stock, 1974.

[9] Olivia Gazalé, Le Mythe de la virilité : un piège pour les deux sexes [2017], Paris, Robert Laffont, « Pocket », 2019.

[10] Valérie Rey-Robert, Le Sexisme, une affaire d’hommes, op. cit., p. 10.

[11] Monique Wittig, La Pensée Straight [1992], Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p. 97-98.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search