Lettre de lecture – Viendra le temps du feu de Wendy Delorme

Je remercie Mathilde Estève pour sa relecture orthotypographique et littéraire.

Le 10 avril 2021, à Hellemmes

            Chère Wendy Delorme,

            Depuis plus d’un mois, votre livre m’était recommandé par toutes les lèvres, au point que je pensais que sa parution datait de janvier. L’effet chorale, que vous utilisez dans votre roman, m’entourait déjà et se composait d’universitaires et de militant·es annonçant l’événement. Une telle attention dans les cercles féministes et queers attire forcément mon attention, d’autant plus quand le tout provient de la collection « Sorcières » des éditions Cambourakis. Convaincu par des garant·es de qualité, la chronique d’Isabelle Sorente, que je tiens en très haute estime, a rajouté une couche supplémentaire.

            Tous les ingrédients étaient réunis : une filiation avec Les Guérillères de Wittig, une utopie lesbienne, une autrice féministe que je connaissais de nom mais non d’écriture et enfin une boulimie de lecture actuelle pour fuir la réalité.

            En deux phrases. C’est brillant. C’est puissant.

            Des voix s’élèvent, racontent une communauté de sœurs qui vivaient près de la montagne, séparées des Autres, habitant au-delà du fleuve. Ève, Grâce, Rosa peignent cette civilisation où l’amour et la sororité sont omniprésentes. La mise en couple est splendide. Pour qu’elle soit possible, la femme qui aime doit dire à une de ses sœurs le nom de sa compagne, sa sœur le répète et une chaine se crée afin de célébrer leur union. Si des différends apparaissent, elles en parlent ensemble et celles qui cherchent à blesser sont isolées, avant de revenir dans le groupe. Mais les utopies ne sont pas faites pour durer et celle-ci est détruite par les Autres. Arrive donc la description d’un monde dystopique, où la monnaie est devenue des avoirs, où il faut contribuer au Pacte National, en travaillant ou en enfantant, sinon on devient un·e paria relégué·e  dans les quartiers Sud. Un régime totalitaire et hétéropatricapitaliste donc.

            On ne connaît ni le lieu, ni le pays, ni l’année. Pour autant, tout laisse à croire qu’iels sont après nous. Des éléments entrent en écho avec notre actualité. Geia, la jeune militante écologiste, rappelle Greta Thunberg, l’incendie d’une église celui de Notre-Dame et les émeutes réprimandées par la police évoquent les Gilets Jaunes. Alors, si nous les précédons, est-il trop tard pour nous ? Est-ce que l’avènement d’un régime fasciste est-il inéluctable ? Faut-il patienter, en regardant les paysages brûler, alors qu’on se dirige droit dans le mur ?    

Je n’ai aucune de ces réponses et la première partie du livre a accentué mes désespoirs actuels. Puis, en attaquant l’autre versant de votre roman, on passe du désespoir à des espoirs, et c’est là où je trouve Viendra le temps du feu génial. Des dystopies dramatiques, le canon littéraire en compte quelques-unes : 1984 de George Orwell ou La Servante écarlate de Margaret Atwood, entre autres. Dans ces ouvrages, une solidarité intervient, pour lutter contre le pouvoir hégémonique, mais échoue. Vous suivez la règle en tissant des réseaux de soutien que j’aime d’un amour vrai et sincère, puisqu’ils reposent sur des convictions qui me sont chairs : la Mafia lavande & les livres.

Du paradis perdu des Guérillères à la chute de l’Eden par le vote du Pacte National, l’utopie queer paraît être éradiquée, ce qui est faux. Je ne divulgâcherai pas trop, mais des lieux se recréent, des codes réapparaissent et des doubles langages s’expriment. Au cœur de cette entraide se retrouvent les livres et l’histoire, avec la connaissance d’un passé commun où le champ des possibles allait de soi. L’importance investie dans ce sujet me touche en tant qu’historien souhaitant retracer l’histoire des femmes qui se sont aimées entre 1945 et 1970. Je citerai les Sœurs de la perpétuelle indulgence à ce titre : « La Mémoire est la fondation de notre passé pour construire notre futur. » Vous donnez tout son sens à cette phrase dans vos pages.

            Vous allez plus loin en devenant l’écho d’une problématique militante qui s’est imposée depuis le début de la pandémie : l’isolement. Les voix se succèdent, perçoivent la société et sont distinctes les unes des autres. Toutes dans un même espace géographique, toutes séparées, mais toutes animées d’un même désir, d’une même croyance : une vie différente est possible. Malgré les règles, malgré les œillères, malgré les répressions, ceci n’est pas un choix unique, des alternatives sont possibles – et si on les leur refuse, eh bien, iels les prendront de force. Je suis habité par la même volonté et, depuis des années, pour reprendre les mots de Violette Leduc, je sais que : « mon cas n’est pas unique ». Nous sommes des milliers à rejeter cette réalité qui nous conchie. Nous œuvrons chaque jour à détruire cette société, parce qu’elle ne nous convient pas, parce qu’elle ne nous a jamais convenu et parce qu’elle n’est pas juste.

Vous créez une impulsion pour une utopie des possibles réalisable, vous montrez que même au fond du trou, où nous sommes actuellement, une alternative est possible. Viendra le temps du feu est un cheval de Troie au sens wittiguien. Il subvertit la littérature et, je le souhaite, la société. Il fait déjà parti du canon littéraire queer, puisqu’il tire à boulet réel sur la société hétéropatriarcapitaliste dans laquelle nous vivons. Je rêve des dégâts qu’il créera et des mouvements d’adelphité qu’il entraînera. C’est une prière à Sainte Wittig, qui disait : « Tu dis qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce temps, tu dis qu’il n’existe pas. Mais souviens-toi. Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente. »

Vous l’avez inventé, à nous de le réaliser,

Alexandre Antolin


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alexandre Antolin (11 avril 2021). Lettre de lecture – Viendra le temps du feu de Wendy Delorme. La Mafia Lavande. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r5v7


1 réponse

  1. 06/05/2021

    […] florilège est un peu pauvre et ne contient qu’une seule fleur ce mois-ci… La « Lettre de lecture – Viendra le temps du feu de Wendy Delorme » d’Alexandre Antolin sur le carnet La Mafia Lavande m’a convaincu, avec plusieurs autres […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search