« Aimer, c’est écrire, et vice versa » Violette Leduc, passionnément de Catherine Viollet

Catherine Viollet (1949-2014) est la pionnière des études génétiques leduciennes. Son implication allait au-delà de la simple recherche, puisqu’elle pensait à la préservation et au partage des œuvres. Ainsi, avec Suzette Robichon, elles ont repéré les collections privées qui détenaient des archives leduciennes, permettant la création du fonds Violette-Leduc à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine. Elle échangeait volontiers avec les jeunes chercheur·ses, les encourageant dans leur parcours, comme en témoigne Alison Péron, où comme j’ai pu le constater en discutant par mails avec elle.

            Son amour de l’archive et du texte se voit dans le documentaire d’Esther Hoffenberg, Violette Leduc, La Chasse à l’amour, où elle apparaît entourée de cahiers de Leduc. Il se lit aussi dans son recueil d’articles « Aimer, c’est écrire, et vice versa » Violette Leduc passionnément (éd. par Anaïs Frantz, iXe, « Collection Fonctions dérivées », 2022). Ce n’est pas une anthologie, hélas, des travaux de Catherine Viollet[1]. Son corpus de prédilection se composait aussi de Christa Wolf, d’Annie Ernaux, de Marcel Proust, de Christiane Rochefort, etc. Ses analyses, d’une grande justesse et méticulosité, s’accompagnaient d’une belle plume, agréable à lire.

            Ce dernier trait se ressent particulièrement dans cet ouvrage, qui se compose en trois parties :

– Les études autour de Ravages (comprenant La Bâtarde & Thérèse et Isabelle)

– L’édition et l’écriture de Leduc (sa relation avec Simone de Beauvoir et l’autocensure due à la censure éditoriale de Ravages)

– Des études plus biographiques sur l’autrice (en tant que lectrice ou ses méthodologies de travail)

Notons, en plus, un texte autobiographique de Catherine Viollet : « Un accessit en allemand », ainsi qu’un inédit de La Bâtarde, intitulé : « Une soirée au Fétiche », narration d’une sortie Chez Moune ou le Monocle, des bars lesbiens de l’entre-deux-guerres.

            On constate, avec le plan, que la question de la censure est dominante, c’est celle qui a occupé majoritairement les recherches leduciennes de Catherine Viollet. Des formules reviennent d’un article à l’autre – copier-coller naturel lorsqu’on doit toujours réexpliquer son sujet – pour autant, ce n’est pas lourd. Le plaisir de la lire est égal, car elle trouve toujours des angles nouveaux, apportant des éléments inédits dans chacun de ses papiers. Sa rigueur montre à quel point chaque apport neuf lui permet de progresser dans ses recherches, que ce soit la parution de la biographie de Leduc, l’accès aux lettres de Simone de Beauvoir à l’autrice ou de nouvelles sources.

            Ce dernier point se révèle d’ailleurs être une grande frustration pour ma part. En effet, lors du tournage du documentaire d’Esther Hoffenberg, aux alentours de 2012, la réalisatrice obtient le prêt d’une série de 6 cahiers de Leduc, présents dans la collection de Sylvie Le Bon de Beauvoir à l’époque. L’ensemble contient l’épisode Thérèse-Isabelle. Catherine Viollet y a accès, travaille dessus, et on en retrouve trace dans ses derniers articles. Malheureusement, son décès brutal en 2014 l’empêche de poursuivre cette piste. Comme annoncé dans le recueil, la chercheuse présente les 6 cahiers « Beauvoir » comme la première version de Ravages, rédigée de 1948 à 1951. La série de 11 cahiers présente dans la collection de Jacques Guérin, puis du biographe de Leduc, serait la seconde version. Elle serait définitive, mais incomplète, puisqu’elle s’arrête au mariage de Thérèse et Marc.

            Cependant, en mai 2015, Sylvie Le Bon de Beauvoir a fait don de ces cahiers à l’IMEC. Au lieu des 6 volumes initiaux, il s’en trouvait 16, recomposant entièrement Ravages et permettant d’établir qu’il s’agissait d’une version plus récente que les cahiers « Guérin »[2]. L’accès à ces cahiers ne change pas 95% des trouvailles de Catherine Viollet, ils n’infléchissent pas non plus sa rigueur scientifique. La bascule aurait été du côté de ses futures recherches leduciennes, des raisonnements qu’elle aurait pu tirer de ces matériaux, et, surtout, d’une reconstitution de Ravages grâce à toutes ces archives et ses connaissances[3]. Dans « Aimer, c’est écrire, et vice versa », Viollet traite de sujets passionnants, avec des archives souvent difficiles d’accès, le tout avec une curiosité réjouissante qu’elle parvient à nous transmettre. Elle accompagne, sans infantiliser et toujours dans une volonté de partage, élément rare en recherche. Ce recueil s’inscrit comme un femmage juste de son travail, confirmant son talent incommensurable. Indéniablement, elle représente une figure titulaire dans les études génétiques d’autrices, tout particulièrement pour Violette Leduc. La réunion de ses travaux permettra aux nouvelles générations de chercheur·ses de bénéficier de ses trouvailles pour poursuivre son travail et explorer les pistes que le temps ne lui a pas permis de poursuivre.


[1] Pour une bibliographie presque exhaustive des travaux de Catherine Viollet, on peut se reporter à Catherine Viollet et Danielle Constantin (dir.), Genre, sexes, sexualités : que disent les manuscrits autobiographiques ?, Mont-Saint-Aignan, PUHR, 2016, p. 147-155 et Catherine Viollet, Genèse de l’autobiographie, Paris, iXe, « Fonctions dérivées », 2021.

[2] Dans les archives leduciennes des années 1940 conservées, l’autrice écrit à l’encre noire. Ce n’est qu’à partir des années 1950 qu’on constate une utilisation de l’encre bleue. La série de cahiers « Beauvoir », rédigée de 1951 à 1954, est uniquement à l’encre bleue et on constate quelques pages écrites à l’encre noire qui sont collées (réutilisation de la série « Guérin », vraisemblablement). Les extraits de Ravages publiés dans des revues, entre 1948 et 1951, sont absents de la série « Beauvoir » et les six cahiers contenant l’épisode Thérèse-Isabelle ont peu d’effet mille-feuilles, car il s’agit d’une réécriture plus structurée d’une première version.

[3] Grâce à ses travaux et les nouvelles archives découvertes, j’ai pu effectuer ce travail. Des discussions avec les ayant-droits sont en cours pour en autoriser la publication aux éditions Gallimard.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search