L’IMEC, lieu de mémoires lesbiennes et gaies ?

Introduction

            La création d’un centre d’archives LGBTQI public commence à ressembler au comeback de Diam’s : un doux rêve qui enflamme nos communautés, mais qui, semble-t-il, n’arrivera jamais, hélas. Des espaces militants existent déjà, avec les ARCL, Genres de luttes, Mémoire des sexualités, le collectif Archives LGBTQI et tant d’autres que Big Tata, louez soit iel, commence à cataloguer. Un ouvrage a même paru en 2018 : Antoine Idier (dir.), Archives des mouvements lgbt+, Paris, Textuel. À défaut d’avoir son centre à soi, des chevaux de Troie archivistiques se développent un peu partout. Dans cet article, je parlerai de l’Institut mémoires de l’édition contemporaine.

À Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, près de Caen, l’IMEC possède plusieurs centaines de fonds. Sa mission est « de préserver et mettre en valeur une grande collection d’archives contemporaines[1] », notamment des fonds de maison d’édition et de créateurices du XIXe au XXIe siècle. On y retrouve, dans les vedettes du lieu, Marguerite Duras, Alain Resnais, Alain Robbe-Grillet ou Gisèle Freund. Aucune volonté de faire œuvre de mémoire pour les communautés LGBTQI n’est affichée de prime abord. Il s’agit d’un problème récurrent en France, qui part cependant d’une bonne volonté. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a établi une liste de « données sensibles[2] », des informations que le règlement européen interdit de recueillir ou d’utiliser, sauf dans des cas précis. Par défaut, les centres d’archives, entre autres, semblent appliquer le principe de précaution et ne mentionnent pas l’orientation sexuelle des déposant·es, ce qui rend compliqué les recherches pour construire nos histoires LGBTQI.

Ici, ma seule volonté est de mettre en lumière les fonds de l’IMEC permettant la construction de ces histoires, notamment du côté des femmes ayant relationné avec des femmes ou d’hommes ayant relationné avec des hommes. J’utiliserai lesbienne et gay pour désigner ces deux volets, tout en précisant qu’il s’agit d’un raccourci. La plupart des concerné·es n’utilisaient pas ces termes, voire les rejetaient, et ont pu avoir des amours hétérosexuelles également. Cependant, chacun·e fait partie ou a contribué aux histoires LGBTQI. Connaissant mieux le versant lesbien, et puisque c’est un des pans de notre histoire qui reste le plus à faire, je m’appesantirai plus dessus. Dans l’ensemble, le but de mon propos et de permettre aux chercheureuses de « gagner du temps » dans leur recherche et de s’emparer de ces archives, riches et passionnantes.

Les mémoires lesbiennes et bies

            Le fonds le plus connu à ce propos (et avec lequel je vous bassine sans cesse si vous me connaissez) est celui de Violette Leduc(1907-1972). La correspondance est, hélas, peu fournie, mais les manuscrits des œuvres compensent largement ce manque. Grâce à son œuvre autobiographique, dans une langue réaliste et poétique, Leduc narre un vécu hors de l’hétéronormativité, que ce soit ses amours avec Isabelle Prévot, Denise Hertgès ou Jacques Mercier. Plus on avance dans son œuvre, plus ses passions sont connues : Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir ou Jacques Lemarchand. Les manuscrits offrent un foisonnement de détails sur ses relations et, par moment, deviennent des journaux intimes (que quelqu’un·e fasse une thèse dessus svp). L’aspect-fleuve de ses manuscrits (pour la Folie en tête, c’est une douzaine de cahiers d’écolier et, littéralement, plusieurs milliers de feuilles manuscrites et dactylographies annotées) permet de découvrir des merveilles qui n’ont pas pu apparaître dans la version imprimée, déjà conséquente.

            Mais Leduc ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. D’autres fonds moins connus méritent une attention particulière. Je serai moins prolixe dessus, faute de les avoir autant consultés (et aussi pour éviter que l’article fasse 3km).

En premier lieu, on peut citer Nella Nobili (1926-1985) poétesse italienne et militante lesbienne à qui l’ont doit Les Femmes et l’amour homosexuel (1979) écrit avec sa compagne Édith Zha (née en 1945), état de l’art du Gouinistan à l’époque. Son fonds contient ses poèmes[3], son journal intime, inédit, en italien et français, son œuvre non publiée et quelques lettres de militantes lesbiennes de l’époque ou d’auteurices faisant des retours sur son œuvre.

Elisabeth Porquerol(1905-2008) n’a, a priori, jamais parlé dans ses œuvres de son lesbianisme, c’est en discutant avec Claire Paulhan que j’ai su qu’elle ne cachait pas ses amours féminines au quotidien. Son fonds contient des lettres témoignant de sa collaboration avec Suzy Solidor, car, oui, Solidor n’a écrit aucun de ses romans, tout a été fait par Porquerol. On y retrouve aussi une lettre de Violette Leduc qui remercie Porquerol de son éloge de Ravages. Peut-être d’autres éléments restent à découvrir.

Christiane Rochefort (1917-1998) évoque dans plusieurs de ses œuvres des relations entre femmes (Le Repos du guerrier, 1958, Les Stances à Sophie, 1963, entre autres). Elle a gardé les lettres reçues par des lecteurices, ce qui pourrait donner lieu à des témoignages de femmes ordinaires ayant relationné avec des femmes.

On retrouve également le fonds Adrienne Monnier (1892-1955), contenant des infos biographiques sur sa famille, mais non pas sa correspondance avec Sylvia Beach et le fonds de Gisèle Freund (1908-2000), qui contient son journal intime, inédit il me semble, peut-être elle y évoque sa relation avec Monnier.

Enfin, une série de fonds arrivés récemment sont à mentionner.

Tout d’abord, le fonds Béatrix Beck (1914-2008), qui contient son œuvre, celle de sa fille et de sa petite-fille. Beck parle de ses attirances lesbiennes dès Barny (1948) et Léon Morin, prêtre (1952). Elle y revient explicitement dans Noli (1978) avec son amour pour Jeanne Lapointe, mais ni le manuscrit ni les lettres de Lapointe ne sont dans le fonds. Croisons les doigts pour que ces documents existent encore et viennent enrichir le fonds dans l’avenir.

En 2017, l’autrice Jocelyne François(née en 1933) fait don de ses manuscrits, correspondances reçues, documents biographiques, entre autres. Au cours de son œuvre, elle a longuement parlé de sa relation avec Marie-Claire Pichaud et son fonds laisse présager un témoignage intéressant de la création lesbienne (dénomination que François rejette pour se définir), puisqu’en plus de son œuvre littéraire, elle a participé à la revue Masques.

La dernière arrivée est Régine Deforges(1935-2014), en 2021. L’éditrice et autrice parle de ses amours lesbiennes et hétérosexuelles dans ses Mémoires. Le lesbianisme est aussi présent dans ses ouvrages romanesques (Pour l’amour de Marie Salat, 1987, en particulier). Le fonds n’est pas classé et donc pas accessible pour le moment. On peut croiser les doigts pour que Deforges ait conservé les courriers reçus de la part de ses lectrices. Dans L’enfant du quinze août (2013), elle précise qu’au moment de Marie Salat des femmes ayant relationné avec des femmes lui ont écrit. Plusieurs fois dans ses Mémoires elle cite son journal intime, prions aussi pour qu’il fasse partie de l’ensemble déposé à l’Institut. Pour le moment, les seules indications sont : manuscrits de l’œuvre romanesque, archives de l’activité éditoriale, correspondances, revues de presse, iconographie et procès dans lesquels Régine Deforges a été impliquée.

Les noms cités précédemment ne regroupent que les fonds spécifiques. Il ne faut pas oublier les recherches transversales (que les archivistes m’excusent pour cette passion chiante à mettre en place). Des lettres de Jeanne Galzy (1883-1977), Lucette Finas (née en 1921), Dominique Aury (1907-1998) et tant d’autres sont disponibles dans plusieurs fonds. Les dossiers d’autrices sont à prendre en compte également, le fonds Grasset contient un dossier Monique Wittig (1935-2003) très intéressant pour voir l’insistance de Wittig pour que le nom de Sande Zeig soit inscrit sur la couverture du Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976), un volumineux dossier Christiane Rochefort permet d’avoir connaissance de la relation éditoriale entre l’autrice et son éditeur. Le dossier de Nicole Louvier (1933-2003) dans le fonds La Table Ronde montre les talents de femme d’affaires de la chanteuse. Elle suit assidument ses ventes et relance sa maison d’édition quand la distribution de ses ouvrages ne la satisfait pas. L’arrivée des archives des éditions Minuit permettra peut-être la découverte de nouveaux dossiers, avec de la chance la totalité de celui de Monique Wittig.

Les mémoires gaies et bies

            Les hommes relationnant avec des hommes connaissent moins le phénomène d’invisibilisation par rapport aux lesbiennes. Je me permettrai donc de lister les différents fonds, avec de brèves remarques :

            – CHÉREAU Patrice (1944-2013) : créateur polygraphe, on lui doit notamment « L’Homme blessé » (1983) sur un scénario d’Hervé Guibert, qu’on retrouve dans son fonds, ainsi que les lettres amoureuses que Guibert lui a adressées. Avec 317 boîtes d’archives, il devrait y avoir d’autres choses relatives aux homosexualistes.

            – CORDIER Daniel (1920-2020) : secrétaire de Jean Moulin et résistant sous le nom de Caracalla, le fonds Cordier est composé des manuscrits, tapuscrits et épreuves annotés de ses autobiographies.

            – COPI (1939-1987) : dessinateur, dramaturge et romancier, le fonds regroupe essentiellement les travaux de théâtre et autres essais des 15 dernières années de sa vie.

            DUSTAN Guillaume (1965-2005) : énarque qui s’est reconverti en provocateur pédé, Dustan décrit le milieu gay parisien des années 1990, son œuvre complète a été rééditée par P.O.L (2013-2023), et son fonds contient des carnets de notes et ses manuscrits.

            – GENET Jean (1910-1986) : le fonds contient quelques manuscrits du poète voleur, qui est parfois rapproché de Violette Leduc dans sa façon d’écrire. On y retrouve des notes et correspondances. En 2019, deux nouvelles valises conservées par Roland Dumas, son avocat, sont déposées. Dedans, nombres d’inédits, dont un scénario pour une adaptation cinématographique de Notre-Dame-des-Fleurs avec David Bowie.

GUIBERT Hervé (1955-1991) : connu pour sa trilogie autobiographique relatant la mort de Foucault puis la découverte de sa séroconversion (À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, 1990, Le Protocole compassionnel, 1991, et L’homme au chapeau rouge, 1992), le fonds contient nombre de carnets intimes, dont certains inédits.

HOCQUENGHEM Guy (1946-1988) : militant au Front Homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), le fonds Hocquenghem n’en fait pas état. Seuls les manuscrits de Frère Angelo et Eve, L’Amphithéâtre des morts, La colère de l’agneau et le scénario de Péplum composent le fonds.

LAGARCE Jean-Luc (1957-1995) : Homme de théâtre, le fonds contient toutes les activités de Lagarce dans ce domaine.

LANNES Roger (1909-1982) : Roger est triste, Roger est aigri. On le sait grâce à son journal intime où il parle de son désir brûlant pour Cocteau ou Jean Marais, sa première fois avec Jean Denoël et d’autres potins du cercle homosexuel qu’il fréquente. Son journal, inédit, est l’unique pièce du fonds.

POLLAK Michael (1948-1992) : sociologue ayant travaillé sur les questions de SIDA, son fonds contient les entretiens de ses enquêtes et des témoignes de personnes séropos.

RADIGUET Raymond (1903-1923) : Auteur du Diable au corps (1923), amant de Cocteau, le fonds contient certains de ses manuscrits, des lettres et une icono, entre autres.

SACHS Maurice (1906-1945) : tata mondaine et receleur d’archives de ses meilleurs amants, Sachs a raconté ses frasques dans Au bœuf sur le toit (1939). Il a aussi vécu avec Leduc durant la Seconde Guerre mondiale en vivant du marché noir en Normandie. Son fonds contient des manuscrits, quelques lettres et photographies.

Conclusion

En complément final, on peut ajouter le fonds Sida mémoire, de l’association du même nom qui est présidée par Michelle Perrot. L’objectif est de collecter les témoignages de personnes séropos, sous toutes les formes possibles. Last but not least, le fonds Françoise d’Eaubonne, alliée flamboyante ayant permis la création du FHAR, dont le fonds garde des tracts et brouillons. Un important journal inédit y est également présent, parmi d’autres pièces intéressantes, comme les lettres de Beauvoir.

            Pour conclure, je rappelle que la liste présente n’est pas exhaustive, pour plusieurs raisons : la liste de fonds sur le site de l’IMEC n’est pas exhaustive elle-même (hélas), je ne connais pas la vie de toustes les déposant·es (hélas bis) et n’ai pas le don d’ubiquité pour checker tous les nouveaux versements d’archives (hélas, trois fois hélas). À ce titre, c’est un travail collectif que je vous propose ici. Si vous constatez un manque, un oubli, signalez-le-moi pour que la liste puisse être mise à jour. De même, pour le moment je n’ai pas trouvé d’archives relatives à l’histoire trans dans les fonds de l’Institut. Si vous y êtes parvenu·es, bravo et partagez ici vos découvertes si vous le souhaitez.

            Tout cela ne vaudra pas un centre d’archives LGBTQI pérenne, mais réjouissons-nous de ces chevaux de Troie en attendant notre centre d’archives à nous.


[1] https://www.imec-archives.com/qui-sommes-nous

[2] https://www.cnil.fr/fr/definition/donnee-sensible

[3] La quasi-totalité a été rééditée par Marie-Josée Tramuta : Nella Nobili, Poèmes, éd. bilingue par Marie-Josée Tramuta, Cahiers de l’hôtel de Galliffet, Paris, 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search