Note de lecture – Les Inséparables de Simone de Beauvoir

Je remercie Marine Rouch pour sa relecture scientifique et orthotypographique de cette notice.

Introduction

En 1954, Simone de Beauvoir a voulu raconter son histoire avec Élisabeth Lacoin, dite Zaza. Elle rédige, puis demande à Berthe Mandinaud de retaper son manuscrit. Pourtant, il n’est pas publié, peut-être suite à des remarques de Sartre. Elle conservera tout de même le tapuscrit. Lors de l’établissement de l’édition des Mémoires de la philosophe, publiés dans la bibliothèque de la Pléiade en 2018[1], Sylvie Le Bon de Beauvoir tente de l’introduire dans les annexes. Malheureusement, le texte est trop long. Elle le soumet alors aux éditions de l’Herne qui l’acceptent. En octobre 2020, la nouvelle paraît dans un bel ouvrage, comportant une préface de la fille adoptive de l’autrice du Deuxième sexe, ainsi qu’un cahier central de photos de Zaza, Beauvoir et des lettres de ces dernières, entre autres. Les Inséparables, titre forgé par Sylvie Le Bon de Beauvoir, pourrait être vu comme la première version du début des Mémoires d’une jeune fille rangée[2]. Le 22 octobre 2020, l’éditrice le présentait dans un entretien organisé par la librairie Albertine de New York.

They are not roomates[3]

L’expression « amitié amoureuse » convient parfaitement aux rapports de la Sylvie des Inséparables et de Zaza. Je… L’amour… On peut parler de tant de sorte d’amour, mais l’amour que… Simone de Beauvoir a ressenti pour Zaza, alors qu’elle avait 10 ans c’était une petite fille, est qu’il a illuminé sa vie. Elle n’était pas malheureuse chez elle, mais enfin… elle était assez morne. Et elle a quand même, dans Les Mémoires d’une jeune fille rangée, une admirable expression quand elle dit, quand elle retrouve Zaza, que : « dix mille soleils ont illuminé sa vie ». Donc je crois que vraiment « l’amitié amoureuse », oui, ça convient très bien et c’est bien dommage si c’est difficile à traduire.[4]

            La réponse de Sylvie Le Bon de Beauvoir à Judith Thurman, à propos de la critique de Paul B. Preciado sur Les Inséparables[5], montre que, 34 ans après la mort de l’autrice, ses amours féminines sont toujours un sujet tabou. Thurman se dit même « choquée » qu’on puisse qualifier cette nouvelle de « lesbienne ».

J’ai envie de croire que leur réticence à utiliser le terme est générationnelle, puisqu’elles sont nées dans les années 1940 (1941, pour Sylvie Le Bon de Beauvoir et 1946, pour Judith Thurman) et, comme l’expliquait Florence Tamagne :

Faire son coming-out n’était pas une expression courante dans les années 1950 et 1960. Il n’y avait pas non plus de terme privilégié pour s’auto-désigner. « Gouine » et « gousse », très répandus mais aussi très injurieux, étaient généralement rejetés. Le terme de lesbienne, alors teinté de pornographie, ne s’imposa pas avant les années 1970, où il se chargea d’une dimension politique et révolutionnaire[6].

Les périphrases sont préférées : « en être », « femme aimant les femmes » ou bien la fameuse « amie ». Si je comprends son usage dans le contexte du XXe siècle, j’exècre son utilisation actuelle, parce qu’il a été le moyen d’invisibiliser des couples de femmes. Les exemples sont multiples dans l’histoire de l’art. Le plus connu est peut-être Le Sommeil de Gustave Courbet, peint en 1866 pour un collectionneur privé, qui a également comme intitulé, Les Deux amies :

Gustave Courbet, Le Sommeil ou Les Deux amies, 1866, conservé au Petit Palais, Paris, France.

Toulouse-Lautrec fut aussi force de proposition sur la thématique puisque plusieurs de ses travaux ont ce titre :

Toulouse-Lautrec, Les Deux amies, 1895, conservé à la Fondation et Collection Emil G. Bührle, Zurich, Suisse.

Pour une analyse complète des représentations homosexuelles et bisexuelles dans l’art, je renvoie à Florence Tamagne qui a traité le sujet dans Mauvais genre ?[7]. De nos jours, la récurrence de cette dénomination est devenue un running gag sur les réseaux sociaux, dont Twitter :

Nobylu « “ELLES SONT CLAIREMENT JUSTE DE TRÈS BONNES AMIES” hurla l’historien dans le vide intersidéral de la nuit. Il sanglota, démolissant des murs de notes et des fils, et piétina les restes au sol. “NOUS N’AVONS AUCUNE IDÉE DE CE QU’ELLES AURAIENT PU FAIRE”. Kasia Babis “IL N’Y A AUCUN INDICE QUANT À CE QUE CES DEUX FEMMES ENSEMBLE DANS UN LIT SONT EN TRAIN DE FAIRE” » @Nobylu, compte Twitter, 27 février 2020 à 19h46, https://twitter.com/nobylu/status/1233101015076888576, consulté le 7 novembre 2020.

 

La volonté de ne pas reconnaître les relations homosexuelles, alors qu’elles sont sourcées, reste un frein à la construction d’une histoire[8] des femmes aimant les femmes[9]. Heureusement, une nouvelle génération de chercheur·ses queers et féministes agissent pour changer la donne.

            L’utilisation du terme d’« amitié amoureuse » a un seul but : désexualiser et désérotiser la relation entre Simone et Zaza. Par cette opération, Sylvie Le Bon de Beauvoir réinscrit sa mère adoptive dans le schéma hétérosexuel. Il est tout à fait possible que la philosophe, à l’époque, n’ait pas su la nature de ses sentiments pour sa camarade, puisque l’expérience lesbienne est tue et non nommée, même lorsqu’elle est pratiquée, comme l’explique Florence Tamagne :

À la lecture des témoignages de lesbiennes ayant vécu dans l’entre-deux-guerres, on est frappé par l’ignorance dans laquelle la plupart d’entre elles vivaient leur condition. La rareté des lieux de rencontre n’explique pas tout. Les lesbiennes, comme les autres femmes, souffraient d’un déficit d’information sur la sexualité. De nombreux témoignages confirment l’existence de tendances lesbiennes indubitables, et parfois assumées sexuellement, parallèlement à une ignorance totale de la signification de telles pratiques et à la poursuite d’une activité conjugale normale[10].

C’était le cas pour Beauvoir. Sa mère lui a transmis une éducation très catholique où les choses de la sexualité, des règles à l’accouchement, ne lui étaient pas enseignées[11]. Cependant, le fait de ne pas pouvoir nommer les choses ne les empêche pas d’être vécues. Le syntagme « amitié amoureuse » évacue complètement la possibilité qu’une personne d’un genre puisse éprouver du désir pour quelqu’un·e du même genre que le sien. Personne ne s’offusque lorsque Simone et son cousin Jacques se promettent de s’épouser lorsqu’iels ont 8 ans. Elisabeth a une histoire similaire de son côté, qui lui causera force chagrin. Ces perspectives sont envisageables, parce qu’inscrites dans un schéma hétéronormé que les familles ont inculqué à leur progéniture. Aux vues des éléments, il n’est pas absurde de considérer que Simone de Beauvoir a éprouvé pour Elisabeth Lacoin un amour sincère, qui peut-être n’était pas réciproque, mais qui a existé.

Depuis la publication de ses lettres à Sartre, en 1990[12], et confirmées avec Les Mémoires d’une jeune fille dérangée de Bianca Lamblin, en 1993[13], les amours féminines de Beauvoir sont connues[14]. Cependant, les correspondances éditées ne laissent apparaître que les amantes durant la seconde guerre mondiale. À ce jour, nul échange épistolaire d’après 1963 n’est publié, hormis quelques exceptions[15]. Les journaux intimes de Beauvoir demeurent également en majeure partie inédits, même si l’édition de la Pléiade en présente des extraits. Ces archives de l’intime pourraient donner un nouvel éclairage sur les dernières amours beauvoiriennes. Les Inséparables est un nouveau document pour étayer l’amour lesbien de Beauvoir pour Zaza, puisqu’elle inscrit sa nouvelle dans la longue tradition des récits de passions saphiques.

De Poussière de Rosamond Lehmann aux Inséparables de Beauvoir

            Beauvoir connaît le topos de l’amour lesbien en milieu scolaire. Elle a lu Colette[16], qui a popularisé le genre avec Claudine à l’école[17], mais surtout Poussière de Rosamond Lehmann[18]. Moins connu aujourd’hui par rapport aux Claudine ou Le Puits de solitude de Radclyffe hall[19], ce roman de formation britannique, publié en France en 1929, met en scène la vie de Judith. Elle tombe amoureuse d’une camarade à l’université, sans jamais verbaliser son amour, et est délaissée par cette dernière à la fin. Les sentiments de l’héroïne sont facilement décryptés par les lectrices concernées, comme l’exprime Violette Leduc dans La Bâtarde :

Le soir j’ai été plus modeste grâce aux bonnes feuilles du premier roman de Rosamond Lehmann. Deux adolescentes s’aimaient, une femme osait l’écrire. Un doux soleil ruisselait en mélancolie, un personnage musclait l’histoire : Jennifer. Le prénom m’obsédait.[20]

Preciado dans sa chronique annonçait : « Au mieux, cette nouvelle de Beauvoir rappelle […] le classique désormais oublié Poussière de Rosamond Lehmann, que Beauvoir connaissait sans doute[21] » Il a raison. La lecture de ce livre est importante pour la philosophe, puisqu’elle est partagée avec Zaza. L’information est donnée par l’autrice dans le premier volume de ses Mémoires quand elle cite une missive de sa camarade. Une note de l’édition critique précise même :

À la différence de Zaza, Simone, elle, s’identifie avec émotion à Judith, « si simplement amorale » (Cahiers de jeunesse, p. 725). Judith est citée dans Le Deuxième Sexe comme un exemple attachant de jeune fille capable de « générosité docile » (t. II, p. 132).[22]

L’identification au personnage et au style de la romancière anglaise sont assez forts pour influencer les premières tentatives d’ouvrage. Beauvoir l’inscrit dans La Force de l’âge :

Je ne pouvais m’en tirer qu’en recopiant les images que d’autres écrivains en avaient proposées ; sans me l’avouer, je pastichai. C’est toujours regrettable. Pourquoi aggravais-je mon cas en choisissant comme modèles Le Grand Meaulnes et Poussière ? J’avais aimé ces livres.[23]

Dans l’entretien, Sylvie Le Bon de Beauvoir précise que la philosophe était « hantée » par Elisabeth Lacoin, sa figure était omniprésente dans tous ses juvenilias. Le pastiche de Lehmann, l’importance de Poussière, l’identification à Judith, font que naturellement Les Inséparables s’inclut dans la continuité des romans comportant des amours lesbiennes. Il est impossible de nier ce fait quand l’autrice elle-même donne autant d’éléments pour étayer cette thèse. Ce n’est pas quelque chose de honteux, c’est un fait.

            Le schéma même qu’elle construit est un topos de la littérature lesbienne des années 1950. Deux élèves ont une très forte amitié, presque fusionnelle, elles sont tout l’une pour l’autre et elles parlent d’amour sans l’exprimer comme un amour de couple possible. Une fois que les protagonistes sortent du huis clos de l’école, leur passion est impossible et l’une ou les deux se rangent dans un ménage hétérosexuel. La permissivité du milieu scolaire est due à l’imaginaire collectif, prenant les amours adolescentes homosexuelles comme une part normale de la vie affective des petites filles. Beauvoir l’expliquait dans le Deuxième sexe :

On a vu qu’elles [les relations lesbiennes] apparaissent souvent chez l’adolescente comme un ersatz des relations hétérosexuelles qu’elle n’a pas encore l’occasion ou l’audace de vivre : c’est une étape, un apprentissage et celle qui s’y livre avec le plus d’ardeur peut être demain la plus ardente des épouses, des amantes, des mères. Ce qu’il faut expliquer chez l’invertie ce n’est donc pas l’aspect positif de son choix, c’en est la face négative : elle ne se caractérise pas par son goût pour les femmes, mais par l’exclusivité de ce goût[24].

Les femmes seraient donc naturellement bisexuelles, mais certaines feraient le choix d’être exclusivement saphistes, tandis que d’autres accepteraient aussi de côtoyer la gente masculine.

Le second cas est fréquent en littérature, après le monde des violettes et des amazones s’en suit un retour à l’hétéronormativité. On peut le voir chez Béatrix Beck, dans son roman autobiographique Barny (1948)[25]. L’héroïne ne se rend compte qu’au moment où son amie part au couvent qu’il s’agissait de la seule personne qu’elle avait aimée, puis elle se mettra en couple avec un militant PCF. Suzanne Allen, elle aussi dans un roman autobiographique, La Mauvaise conscience (1954)[26], fait état d’un parcours amoureux et érotique de son alias France Boulon. Elle a des relations avec des filles lorsqu’elle est adolescente, mais ne les considère pas comme du sexe à part entière, puisque la première fois qu’elle couche avec un garçon, elle se déclare : « vierge et sans expérience sexuelle[27] ». On peut même citer, tant les similitudes avec Les Inséparables sont présentes[28], Le Cahier gris de Roger Martin du Gard[29]. Le père et le frère de Jacques Thibault sont convoqués au lycée, puisqu’un cahier lui appartenant a été découvert. Dans ces pages, l’adolescent échange des messages d’amour avec Daniel de Fontanin, un camarade. Tout sera fait pour éloigner les deux jeunes gens, jusqu’à ce qu’à l’âge adulte ils reviennent à des histoires hétérosexuelles.

Pour les ouvrages parlant de couple FsF adulte, leur fin est toujours funeste. Djuna Barnes avec Le Bois de la nuit, en 1936[30], présente un couple de femmes malheureuses, où la violence physique est présente. Les héroïnes de Jeanne Galzy échouent tout autant dans leurs passions et, Jennifer Waelti-Walters, dans son étude sur les romans lesbiens français, le confirme :

Ainsi, après 1945, le style belle époque de la lesbienne mature/adulte s’effondra au profit de celui de l’épouse préoccupée par la sécurité, plus approprié à la période d’après-guerre. Pendant ce temps, les personnages lesbiens qui s’auto-découvrent, intenses et angoissés, se lient à d’ambiguës objets de désir, qui les mènent vers des « non-relations » malheureuses.

            Les versions les plus simples de ces amours désespérées viennent de Nicole Louvier, dans ses deux romans Qui qu’en grogne (1954) et L’Heure des jeux (1955), et les idéalistes les plus désespérés d’Althia (1957) d’Irène Monési et Je jure de m’éblouir (1958) d’Eveline Mahyère[31].

Beauvoir elle-même se glisse dans cette veine, avec le fait qu’Andrée soit en couple avec Pascal, pour finalement décéder d’une méningite à la fin.

À l’ombre du figuier

            Comme le disait Preciado, Simone de Beauvoir ne renouvelle pas les émois saphiques dans sa nouvelle. Elle savait qu’en allant trop loin, elle serait confrontée à la censure dont Violette Leduc fut victime pour Ravages[32], roman autobiographique où elle narrait ses trois grandes amours : Isabelle, au pensionnat, Cécile, à la sortie du pensionnat, et Marc, l’âge « mûr ». Sa protégée a réellement renouvelé le genre, en « rend[ant] le plus exactement possible, le plus minutieusement possible les sensations éprouvées dans l’amour physique[33] », sans male gaze, dans un style naturaliste et poétique, ce qui déplut aux éditions Gallimard. Jacques Lemarchand, son éditeur, lui indique que la première partie, rééditée en 1966 sous le titre de Thérèse et Isabelle, ne peut être éditée en 1955 telle quelle, ou bien à la condition de « supprimer l’érotisme et garder l’affectivité et ajouter au moins cinquante pages[34] ». La philosophe a choisi cette ligne d’écriture pour sa propre histoire. De toute manière, elle n’était pas capable de décrire des relations sexuelles entre femmes. Dans une lettre à Nelson Algren elle explique que la lecture du manuscrit de Leduc la met mal à l’aise :

Hier, soirée avec la femme laide [Violette Leduc], plus laide que jamais. […]. Après quoi jusqu’à deux heures du matin j’ai dû lire son manuscrit [Ravages]. Il y a des pages excellentes, elle sait écrire par instants, mais quant à publier ça, impossible. C’est une histoire de sexualité lesbienne aussi crue que du Genet. Elle décrit par le menu comme une fille en dépucelle une autre, et ce qu’elle fait avec ses doigts, et ce qui en découle dans le sexe de l’autre, un tas de tripatouillages atroces qu’ensemble elles inventent avec du sang, de l’urine et ainsi de suite, qui même moi m’ont légèrement dégoûtée, alors comment le lecteur moyen réagirait-il ?[35]

Pourtant des scènes crypto-lesbiennes sont présentes dans Les Inséparables, celle que je trouve la plus belle est une discussion entre Andrée et Sylvie sous un figuier. Les deux adolescentes mangent du fruit violet et Andrée parle de ses doutes dans l’existence de Dieu. Sylvie enrage de voir la mère d’Andrée l’éloigner d’elle, en l’enfermant dans un carcan religieux, et fait part de son athéisme. La scène fait trois pages, mais elle a des allures de réécriture lesbienne du mythe d’Adam et Eve. Le fait d’avoir un fruit violet, couleur attribuée aux disciples de Sappho[36] et le conflit d’affection avec la mère, font partie des lieux communs des idylles lesbiennes. Le débat sur la croyance en Dieu pourrait être une allégorie de la croyance de l’amour entre femmes. La jeune Sylvie-Simone est du côté des Judith de Poussière et Jacques des Thibault, résolu·es dans leurs amours homosexuelles, tandis qu’Andrée-Zaza se détourne du chemin, tel·les Jennifer ou Antoine, en faisant le choix de communier à nouveau lorsqu’elle retourne à la messe, abandonnant la possibilité d’un vécu entre femmes.

Conclusion

            Mon objet ici n’est pas de qualifier Beauvoir d’autrice lesbienne, bisexuelle, queer ou que sais-je. Elle n’a jamais défini sa sexualité, tout comme Violette Leduc, et l’on peut uniquement dire que ces deux femmes avaient des pratiques et amours bisexuelles. Pour autant, il est possible de qualifier les œuvres qu’elles ont produites et, dans Les Inséparables, la philosophe a créé une nouvelle lesbienne classique. C’est un des aspects de ce texte et il ne doit pas cacher ses autres dimensions. Monique Wittig l’écrivait dans La Pensée Straight :

Écrire un texte qui a parmi ses thèmes l’homosexualité, c’est un pari, c’est prendre le risque qu’à tout moment l’élément formel qu’est le thème surdétermine le sens, accapare tout le sens, contre l’intention de l’auteur qui veut avant tout créer une œuvre littéraire. Le texte donc qui accueille un tel thème voit une de ses parties prises pour le tout, un des éléments constituant du texte pris pour tout le texte et le livre devenir un symbole, un manifeste.[37]

Les Inséparables est aussi une nouvelle de formation, sur la condition féminine, la jeunesse bourgeoise, etc. Les lectures en sont multiples et c’est pour cela que qualifier ce livre de romance lesbienne n’a rien de choquant ou honteux. Il est temps d’arrêter de considérer les amours féminines de Beauvoir comme scandaleuses, à cacher, enterrer, effacer. Reprenons le slogan anglophone : « Some people are gay, get over to it » :

https://www.instagram.com/p/CAKofDFAgI3/

[38]

Tant qu’une chape de plomb sera maintenue sur les archives étayant le vécu bisexuel de Beauvoir, on entretiendra un effet Barbra Streisand. Les chercheur·ses voudront gratter, fouiller, trouver les éléments qui seraient susceptibles d’apporter des outils nouveaux pour envisager l’œuvre beauvoirienne. Est-ce que la publication de ces archives écailleront le mythe Simone-de-Beauvoir ? Bien évidemment, mais il me semble que le roc est assez solide pour qu’on puisse contextualiser ces éléments et conserver l’héritage beauvoirien.

            Pour vraiment conclure, faut-il lire Les Inséparables ? Oui, c’est très bien écrit et agréable à lire. Est-ce qu’il apporte des éléments nouveaux sur l’autrice ? Non, hormis la dédicace poignante. La nouvelle est-elle lesbienne ? Oui, mais pas que.


[1] Simone de Beauvoir, Mémoires, 2 vol., Éliane Lecarme-Tabonne & Jean-Louis Jeannelle (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2018.

[2] Simone de Beauvoir, Les Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Blanche », 1958.

[3] [S.A.], « They were roomate vine », YouTube, 29 décembre 2017, en ligne https://www.youtube.com/watch?v=4ZuydxEUpFM, consulté le 7 novembre 2020.

[4] Judith Thurman & Sylvie Le Bon de Beauvoir, « On Les Inséparables, Simone de Beauvoir’s Unpublished Novel », French Culture in the US, 22 octobre 2020, en ligne https://www.youtube.com/watch?v=oD43OQkfeP8, consulté le 7 novembre 2020.

[5] Paul B. Preciado, « La deuxième sexualité de Simone de Beauvoir », Libération, 2 octobre 2020, en ligne https://www.liberation.fr/debats/2020/10/02/la-deuxieme-sexualite-de-simone-de-beauvoir_1801220, consulté le 7 novembre 2020.

[6] Florence Tamagne, « Same-sex relations between women in France : 1945-1970 », communication présentée lors de la Conférence « Postwar Homosexual Politics : 1945-1970 » organisée par Gert Hekma, University of Asterdam, 2-3 août 2007 (non publiée), p. 8.

[7] Florence Tamagne, Mauvais genre ?, Paris, La Martinière, « Les reflets du savoir », 2001.

[8] Comme me l’indique Marine Rouch, la question de la construction politique intervient aussi, notamment au moment du Mouvement de Libération des Femmes. Ces questions sont traitées par exemple par Justine Zeller (Justine Zeller, « Réflexion sur les liens entre féminisme et « lesbianisme » : la Maison des femmes de Toulouse », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 29 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/framespa/5126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.5126) et Natacha Chetcuti (Natacha Chetcuti & Claire Michard (dir.), Lesbianisme et féminisme. Histoire politiques, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2003).

[9] J’utilise cette périphrase, plus inclusive que lesbiennes ou bisexuelles, qui n’engloberont pas les différentes dénominations de ces amours féminines. Par ailleurs, des contributions à l’histoire des FsF existent, telles Marie-Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes du XVIe siècle au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 1995 et Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe, Berlin, Londres, Paris 1919-1939, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2000.

[10] Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe, Berlin, Londres, Paris 1919-1939, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2000, p. 278.

[11] Je remercie Marine Rouch de m’avoir transmis un article de Sylvie Chaperon sur le sujet (Sylvie Chaperon.  « Les amours de Beauvoir : une révolution sexuelle avant l’heure ? », Valérie Piette, Régine Beauthier (dir.), Les révolutions sexuelles au cours des 19e et 20e siècles, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, pp.201-238, 2009, en ligne https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02091098/document, consulté le 13 novembre 2020).

[12] Simone de Beauvoir, Lettre à Sartre, 2 vol, Paris, Gallimard, « Blanche », 1990.

[13] Bianca Lamblin, Les Mémoires d’une jeune fille dérangée, Paris, Balland, 1993.

[14] À nouveau merci à Marine Rouch pour l’excellent article de Sylvie Chaperon sur les amours féminines de Beauvoir (Sylvie Chaperon, « Simone  de  Beauvoir,  une  homosexualité  ni  tout  feu  ni  tout  flamme », in Delphine  Gardey  et Marlène  Vuille  (dir.), Les  sciences  du  désir,  la  sexualité  féminine  de  la  psychanalyse  aux neurosciences, Lormont, Le bord de l’eau, pp. 283-295, 2018, en ligne https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02091243/document, consulté le 13 novembre 2020).

[15] Notamment dans Éliane Lecarme-Tabonne & Jean-Louis Jeannelle (dir.), Simone de Beauvoir, Paris, L’Herne, « Les Cahiers de l’Herne », 2012.

[16] « Il y avait à l’étalage des rangées de livres reliés, dorés sur tranche, dont les pages étaient coupées ; je lisais debout pendant deux ou trois heures, sans que jamais un vendeur me dérangeât. Je lus Anatole France, les Goncourt, Colette, et tout ce qui me tombait sous la main » Simone de Beauvoir, Les Mémoires d’une jeune fille rangée, in Mémoires, t. 1, Éliane Lecarme-Tabonne & Jean-Louis Jeannelle (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2018, p. 143.

[17] Colette et Willy, Claudine à l’école [1900], Paris, Albin Michel, « Le Livre de poche », 1978.

[18] Rosamond Lehmann, Poussière [1929], Paris, Phébus, « Libretto », 2003.

[19] Marguerite Radclyffe Hall, Les Puits de solitude, Paris, Gallimard, « Blanche », 1932.

[20] Violette Leduc, La Bâtarde, [1964], Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1996, p. 170-171.

[21] Paul B. Preciado, op. cit.

[22] Éliane Lecarme-Tabonne, « Notice Les Mémoires d’une jeune fille rangée », in Simone de Beauvoir, Mémoires, t. 1, Éliane Lecarme-Tabonne & Jean-Louis Jeannelle (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2018, p. 1289.

[23] Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, in Mémoires, t. 1, Éliane Lecarme-Tabonne & Jean-Louis Jeannelle (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2018, p. 405.

[24] Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe [1949], Paris, Éditions du Club France Loisir, « La Bibliothèque du XXe siècle », 1990, p. 604.

[25] Béatrix Beck, Barny, Paris, Gallimard, « Blanche », 1948.

[26] Suzanne Allen, La Mauvaise conscience, Paris, Gallimard, « Blanche », 1954.

[27] Suzanne Allen, La Mauvaise conscience, Paris, Gallimard, « Blanche », 1954, p. 161.

[28] Beauvoir connaissait ce livre, puisqu’elle le cite dans Les Mémoires d’une jeune fille rangée « Je me répétai furieusement le mot que Martin du Gard prête à Jacques Thibault : “Ils m’ont réduit à ça !” » Simone de Beauvoir, Les Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 227.

[29] Roger Martin du Gard, Les Thibault : le Cahier gris, Paris, Gallimard, « Blanche », 1922.

[30] Djuna Barnes, Le Bois de la nuit [1937], Paris, Seuil, « Le don des langues », 1957

[31] « So after 1945 the Belle Epoque-style mature lesbian collapses into the security-conscious wife more appropriate for the postwar period. Meanwhile the young self-discovering lesbian characters, intense and anguished, relate to ambiguous objects of desire, who lead them into unhappy non-relationships.

                The simplest versions of hopeless love come from Nicole Louvier in her two novels Qui qu’en grogne (literally: “Who grumbles about it”, 1954) and L’Heure des jeux (Playtime, 1955), and the most idealistically hopeless from Irène Monési’s Althia (1957) and Eveline Mahyère’s Je jure de m’éblouir (I Swear to Dazzle Myself, 1958) » Jennifer Waelti-Walters, Damned Women : Lesbians in French Novels, Canada, McGill-Queen’s University Press, 2000, p. 110. Traduction de Clém Guérendel.

[32] Violette Leduc, Ravages, Paris, Gallimard, « Blanche », 1955.

[33] Claudine Chonez, L’Affamée de Violette LEDUC, Actualité du livre, 29 mars 1949, INA.

[34] Violette Leduc, Correspondance (1945-1972),lettre à Simone de Beauvoir du 16 mai 1954, éd. par Carlo Jansiti, Paris, Gallimard, « Cahier de la N.R.F. », 2007, p. 248.

[35] Simone de Beauvoir, Lettres à Nelson Algren : un amour transatlantique, (1947-1964) [1997], lettre du 18 octobre 1949, éd. par Sylvie Le Bon de Beauvoir, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 462-463.

[36] « “Les Chroniques Mauves”, un titre évocateur, du moins dans la référence colorisée aux violettes qui ornaient la boutonnière des jeunes élèves de la poète Sappho pour devenir la couleur emblématique du lesbianisme, tout d’abord reprise par Renée Vivien qui en émaille une grande partie de ses textes, puis dans le mouvement lesbien où la couleur violette rehausse chaque banderole comme signe de reconnaissance distinct » Natacha Chetcuti, « Préface », in Les Chroniques mauves (1950-2011), Paris, Catpeopleprod, 2012, p. 6.

[37] Monique Wittig, La Pensée Straight [1992], Paris, Édition Amsterdam, 2007, p. 91.

[38] Silver, Campagne pour l’IDAHOT à destination du Planning Familiale du Pas-de-Calais, 14 mai 2020, Instagram, en ligne https://www.instagram.com/p/CAKofDFAgI3/, consulté le 8 novembre 2020.

Pour citer cet article : Alexandre Antolin, « Note de lecture – Les Inséparables de Simone de Beauvoir », La Mafia lavande, novembre 2020. URL : https://mafialavande.hypotheses.org/65


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search