Mes Couilles – Salut les filles & Tu seras un homme mon fils

Mes Couilles

pour

une boucle d’oreille

Manifeste Queer V4

Pour aller au sommaire, cliquez ici

« On ne naît pas femme : on le devient. »

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, 1949

« Vivre en société, c’est vivre en hétérosexualité. »

Monique Wittig, La Pensée Straight, 1992

« Il ne s’agit pas d’opposer les petits avantages des femmes aux petits acquis des hommes, mais bien de tout foutre en l’air. »

Virginie Despentes, King Kong théorie, 2006

L’Éternel féminin, la-femme et l’idéal de la femme blanche se sont bien fait démonter depuis plus de soixante ans.

            À quand le tour de l’Éternel masculin, de l’-homme et de l’idéal de l’homme blanc ?

SALUT LES FILLES

            Je suis né assigné garçon en 1992. Beauvoir, Wittig et Despentes sont ma Sainte‑Trinité sur les questions féministes. En 2012, quand je mets vraiment les mains dans le cambouis, c’est par Le Deuxième Sexe que je commence. Ça me forge et il est un élément indéniable de ma construction personnelle. Wittig est plus tardive, 2014, mais sa critique cinglante de la société hétérosexuelle remporte mon adhésion. Enfin, arrive en 2015 Despentes qui achève de me radicaliser. Son cri de rage, son appel de chez les moches, pour les moches et de toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, ça détonne en moi, comme pour des milliers de personnes. Quinze ans après, on continue de hurler avec elle.

            Cette histoire, cette lignée, je me la suis appropriée. J’ai milité pour les droits des femmes, j’en ai fait le sujet de mes recherches à la fac et je les fréquente, évidemment. Sauf que je suis du « premier sexe ».

            Alors, après ma thèse, j’ai décidé de me tourner vers les études des masculinités, à la recherche d’un manifeste qui péterait les genoux à la masculinité hégémonique. Quelque chose fait par un mec, puisque, au bout d’un moment, il faut savoir balayer devant sa porte. Heureusement, il y a des chercheurs qui ont étudié cette histoire : Corbin, Courtine, Vigarello, Thiers-Vidal, Dupuis-Déry ou encore Jablonka. Les chercheuses ne sont pas en reste, notamment avec Olivia Gazalé. Mais l’apport universitaire n’est pas un manifeste, même si le choix de ces thématiques est éminemment politique et parfois militant. Les chercheur·ses sont là pour mettre en lumière, je suis là pour tendre un mégaphone.

            Despentes demandait : « À quand l’émancipation masculine ?[1] » Je réponds : « tout de suite. »

            Parce que je ne conçois pas que personne n’ait voulu aller couper les couilles de la masculinité hégémonique pour s’en faire des boucles d’oreille, je veux gueuler.

            Est-ce le résultat d’une nouvelle crise de la virilité ? Qu’on arrête avec cette vaste blague, ça fait plus d’un siècle qu’elle est en PLS, de la garçonne des années 1920 au #BalanceTonPorc de 2017, en passant par les hippies de Mai-1968. Si elle était tant en crise, tant en difficulté, on n’aurait pas besoin de se farcir des pamphlets de mascus comme Zemmour ou Soral[2], on n’aurait pas besoin de créer des nouveaux termes comme féminicide, on n’aurait pas besoin de ressortir des montages avec une photo de Beauvoir signalant que les droits des femmes seront remis en cause à chaque crise et on n’aurait pas besoin de convaincre que les violences sexuelles concernent les hommes. Alors non, les masculinités ne sont pas en crise. Ce qui l’est vraiment, c’est l’égo des hommes hétérosexuels blancs cisgenre (HSBC) qui ne supportent pas que les minorités puissent enfin ouvrir leur gueule. Leur tour d’ivoire commence à être attaquée et ils sentent que ça vacille. L’exploser, c’est une juste mesure d’équité.

            Ce n’est pas la jalousie qui me motive, ma place me convient très bien. C’est à nouveau Beauvoir qui m’anime, notamment sa théorie de l’ego transcendantal. Elle se considérait comme un objet, parmi tant d’autres, et donc, en parlant d’elle, elle parle des autres et les autres se sentent impliqué·es quand elle parle d’elle. C’est ce qu’ont fait Wittig et Despentes, c’est aussi ce que je veux tenter de faire.

« Tu seras viril mon kid

Je ne veux voir aucune once féminine

Ni des airs, ni des gestes qui veulent dire

Et dieu sait si ce sont tout de même les pires

À venir te castrer pour quelques vocalises. »

Eddy de Pretto, Kid

TU SERAS UN HOMME MON FILS

            J’ai eu une enfance privilégiée, en plus d’être privilégié moi-même. Assigné garçon à la naissance, blanc, de parents instituteur·trices, j’ai grandi avec deux sœurs plus âgées dans une maison avec jardin, des vacances dans le sud l’été et parfois à la montagne l’hiver. Une famille Ricorée en soit, où nous avons eu tous les trois de l’amour et quelques chamailleries parfois. J’idéalise peut-être a posteriori, mais, sans aller jusqu’à la famille Le Quesnoy, on était très loin des Groseille. Nos besoins primaires étant largement satisfaits, on avait le luxe de discuter de nos rêves le matin au petit-déj’ ou d’avoir des contes russes au coucher. Notre mère nous expliquait qu’en chacun·e de nous il y avait une part de masculin et une part de féminin. Niveau déconstruction du genre, on était pas mal.

            Il faut dire que les traditions locales aident aussi, notamment le carnaval de Dunkerque. Les hommes travestis, ça ne choque pas. Tu prends ton clet’che, pars à la chapelle, puis tu rejoins la bande, maquillé comme un camion volé avec les habits de ta tante. Sois fier et vomis pas trop dans le caniveau. C’est très familial et institutionnalisé, puisque de la maternelle à la primaire on trouve des carnavals dans les écoles, puis les villages et villes en organisent pour les enfants. Le travestissement peut donc être une activité virile père/fils ou, dans mon cas, avec mon cousin. Il n’est pas rare, dans les albums de famille, de nous retrouver en robe, peinturlurés à la truelle et ce dès 7/8 ans. De plus, avec mes sœurs, la malle à déguisement est plus fournie côté féminin. C’est par ce biais que j’ai pu faire un carnaval de primaire en robe de mariée. L’une des rares fois où je me suis dit que les traditions avaient du bon.

            Cependant, il y a une limite. Je l’ai découverte en répondant à mon père sur mon idée de costume. Je voulais être secrétaire. Ce n’était pas possible. J’ai dû proposer serveuse et eus un nouveau refus. Après deux/trois tentatives, mon père m’a expliqué que je pouvais me déguiser en femme, mais pas en un métier précis. À 9/10 ans, ma logique c’est : une serveuse est une femme, si c’est une femme je peux me déguiser en serveuse. CQFD. Aujourd’hui, je comprends la nuance. Tant qu’on reste dans la performance du féminin à outrance, tout est permis. Jean-Robert, 60 ans, tenancier hétérosexuel du bar PMU, peut bien porter des résilles avec son faux 115G pour une journée, il n’en reste pas moins un homme. Le but est de parodier les femmes ou plutôt l’éternel féminin. Personne, ou peu, ne tente d’avoir un passing cisgenre, c’est-à-dire qu’on puisse les prendre pour une personne assignée fille à la naissance et se reconnaissant comme telle.  Au contraire, on force le trait des deux côtés du genre, entre la mini-jupe et la voix grave ou le pelotage des faux-seins en demandant si Jean-Robert a toujours ses couilles. On en revient au même problème : prendre des caractéristiques féminines pour un homme, ça serait prêter le flanc aux railleries. Le carnaval s’offre comme l’espace où les hommes peuvent prendre ces caractéristiques au nom de la tradition, mais ils demeurent des vrais bonhommes, avec leur perruque et leur pinte.

            Au-delà de la performance de la féminité par le costume, le carnaval dans le Nord n’en reste pas moins une démonstration virile, que ce soit lors des chahuts, moment où la bande se resserre jusqu’à ce que tout le monde soit compressé, ou pour les premiers de ligne qui, avec leurs couettes et chaussures de sécurité, doivent retenir une série de « Ma Tante » déchainées.

            Il faut aussi expliquer l’origine de cet événement pour comprendre pourquoi on se retrouve avec des hordes de travestis dans les rues chaque année de janvier à avril. C’est un moment de défouloir pour une raison bien précise. Au début du XVIIe, les pêcheurs partaient 6 mois dans les mers islandaises pour aller pêcher le hareng. Autant dire qu’ils n’étaient pas sûrs de rentrer. Alors, une fois que toutes leurs affaires étaient chargées sur le bateau, ils allaient faire la possible dernière chouille de leur vie. Mais pourquoi le travestissement ? Eh bien, toutes leurs fringues étant déjà empaquetées, il ne restait plus que les nippes de leur femme. Ainsi, 400 ans plus tard, on perpétue une belle performance de la féminité pour honorer l’action virile des pêcheurs de harengs[3]. Ce qui semble être une fenêtre d’ouverture pour remettre en cause la masculinité hégémonique n’en reste pas moins une sorte de garde-fou. On offre la possibilité aux hommes d’être du « deuxième sexe », mais les exagérations sont plus là pour rappeler qu’ils sont du « premier ». La compétition de virilité reste présente : être celui qui tiendra le plus longtemps dans le chahut, celui qui aura le plus de mains au cul ou celui qui réussira l’exploit de tenir les « trois joyeuses », en faisant les trois jours de bande.

            Aux alentours du lycée, j’ai laissé tomber le carnaval, me rendant compte de cette sorte d’arnaque sur le travestissement féminin et de cette omniprésence des concours virilistes. À l’époque mon analyse fut plus courte : ça me saoule, y’a trop de gens. Je ne mettais pas le doigt sur la raison principale : mon manque de virilité. L’une de mes sœurs m’a dit un jour avec humour que j’avais été le dernier à le remarquer. C’est vrai. Mes parents ont eu la délicatesse de ne jamais me le reprocher, alors qu’on leur a pourtant fait la réflexion.

            À 7 ans, mon institutrice de CE1 était convaincue que j’avais un retard mental. J’ai donc eu un rendez-vous avec le psy scolaire, durant une récrée, ce qui me semblait injuste. Après une série d’exercices divers et variés, j’ai dû dessiner un personnage. Plus proche de Picasso que de Delacroix, j’ai croqué une femme. Il m’a demandé pourquoi. La raison est simple : je suis mauvais en dessin et, quitte à choisir un genre, le féminin me semble plus facile à faire. J’ai dû exécuter un pendant masculin, assez vilain, et les ai nommés d’après le nom de camarades passant devant la vitre dans la cour. Il me demandait ce qu’ils allaient faire et je répondis « aller au théâtre », parce que c’était le programme de mes parents le soir-même. Un enfant c’est très premier degré, il ne faut pas tout suranalyser. Après cette corvée, il m’a dit au revoir. Cependant, on m’avait expliqué que je verrai une sorte de docteur, je m’attendais donc à un diagnostic. En posant la question, le psy fut étonné et a finalement déclaré : « alors, tu as une partie du cerveau gentille et tu as une partie du cerveau méchante. » J’étais blasé en apprenant ça. Le gars m’avait pourri ma récréation pour me répéter ce que ma mère nous enseignait depuis toujours : en nous il y a du bien et du mal, féminin et masculin, Véronique et Davina et j’en passe. Le véritable diagnostic, mes parents me l’ont dit bien plus tard, quand j’avais une vingtaine d’année : votre fils a un manque de confiance en lui et le père est absent. Il faut faire quelque chose, sinon il risque de devenir homosexuel. Problèmes en perspective.

BAM.

1999, ma préoccupation principale c’est de devenir maître Pokémon et de cueillir des fleurs, mais on me catégorise déjà comme élément déviant de la masculinité hégémonique. Dès l’enfance, elle ne vous loupe pas afin que vous rentriez dans le moule et le carcan le plus rapidement possible. Le système est tellement bien installé qu’il n’est pas concevable de penser en-dehors de ces lignes sans être perçu comme une anormalité. Preciado l’explique : « L’enfant est un artefact biopolitique garant de la normalisation de l’adulte. La police du genre surveille le berceau des nouveau-nés pour les transformer en enfants hétérosexuels. La norme fait sa ronde autour des corps tendres. Si tu n’es pas hétérosexuel, c’est la mort qui t’attend. La police du genre exige des qualités différentes du petit garçon et de la petite fille. Elle façonne les corps afin de dessiner des organes sexuels complémentaires. Elle prépare la reproduction, de l’école au Parlement, l’industrialise.[4] » Je suis donc classé comme « garçon sensible ». Pour ma part, en regardant les cassettes familiales, je vois une folle en puissance. Sauf que toutes ces dénominations, quand on est gosse, on s’en rend pas compte. On se traite, bien sûr, mais en primaire c’était sur mon poids, pas sur mes manières. La sexualité et le genre se jouent inconsciemment. En CP, quand mes sœurs me disent que mon oncle et un autre homme sont ensemble, je dis que c’est pas possible comme ils sont deux garçons, elles me répondent : « bah si hein ! ». Ok, j’enregistre l’info et vais retourner jouer. La binarité des genres est tellement gravée, en plus de la société hétérosexuelle, que les gens se transmettent les chaînes de générations en générations, en laissant parfois un peu de jeu pour qu’on ne se rende pas compte tout de suite des entraves qui nous gênent.

            Ma mère, vexée du diagnostic, décide avec mon père de me faire passer une contre‑expertise avec son propre psy scolaire. Je me refarcis les mêmes exercices, ce qui est assez chiant, puis on me donne une feuille A5 pour dessiner une maison. J’aime prendre de la place, peut-être un trait de mon éducation masculine. C’est compliqué de tout faire tenir, mais j’y arrive : maison, jardin, fenêtres, porte, nuages et cheminée. À la fin j’observe et me dis que le tout manque de jaune. Il reste un petit interstice entre le bord de la feuille et la cheminée. Je réalise un oiseau la tête vers le bas, faute d’espace pour le faire à l’horizontal. Une fois le travail rendu, le psy se focalise juste sur l’oiseau et me demande pourquoi le bec est vers le sol. Me disant que ça devait être un tordu comme l’autre, la raison réelle ne lui irait pas. La bouche en cœur j’annonce donc : « l’oiseau il s’est pris la cheminée et il est mort. » Il a tout de suite rassuré ma mère en disant que l’oiseau doré était un très bon signe, puis il y avait des fleurs, de la fumée… tout allait bien. Le constat est à peu près similaire : manque de confiance, pas très bon en math, mais compense en lettres. L’honneur est sauf, je ne suis pas une folle attardée, seulement un garçon sensible. La mafia lavande est momentanément éloignée.

            Ce contrôle du genre des enfants ne date pas d’hier. Preciado l’explique dans Testo Junkie : « Le psychologue pour enfant John Money, chargé du traitement des bébés intersexués est le premier à utiliser, en 1947, la notion de gender.[5] » Deux ans avant Beauvoir, Money explique qu’on ne naît pas fille ou garçon. On pourrait le féliciter et voir sa réflexion comme une chance pour les patient·es, surtout les intersexué·es dans le cas présent. Sauf que Money « prétend […] prouver scientifiquement sa thèse, selon laquelle le genre n’est pas déterminé anatomiquement, mais peut être intentionnellement produit par l’interaction des variables hormonales et le contexte pédagogique.[6] » On va recréer des normes de genre là où le système montrerait des failles. C’est le château de carton-pâte qu’on construit. Tube de colle par tube de colle, on déclare : être un vrai mec, c’est ça, être une vraie meuf, c’est ça ; mais il suffit de gratter un peu pour savoir qu’il n’y a pas grand-chose derrière. Quand quelqu’un·e s’approche pour observer de plus près, on l’éloigne en disant qu’il n’y a rien à voir, que ça a toujours été ainsi. C’est le proverbe anglais : « Boys will be boys ». Sauf que les sociétés ne sont pas immuables, elles ne se réveillent pas un matin disant qu’il n’y a que deux genres et que l’un d’eux va martyriser l’autre. Beauvoir, Gazalé, Vigarello, entre autres, l’ont montré[7], c’est une construction méthodique et pernicieuse, puisqu’en devenant la norme, il devient difficile de penser en-dehors de celle-ci, de croire qu’une alternative est possible, car de tout temps il en aurait été ainsi.

            Pour l’enfance, la distinction de genre pour les jouets est parlante. Bleu/rose, Action Man/Barbie, comme papa dehors/comme maman à l’intérieur. Des origines qui seraient encore plus anciennes que Sophie la Girafe. Ainsi, les magasins qui proposent depuis les années 2010 des catalogues mixtes font sensation. Le Monde titrait en décembre 2012 : « La révolution sexuelle du jouet est en marche » en parlant de la « gamme jouets unisexes » Tim & Lou de La Grande récrée, lancée en 2008[8]. Le marketing a bien fait son travail. Une tradition de seulement vingt ans a balayé tout le reste. Car Mona Zegaï l’a montré dans ses recherches[9], les catalogues des années 1970 et 1980 étaient moins marqués par le genre, la donne change dans les années 1990 avec l’augmentation drastique de produits. On compartimente pour que chacun ait sa case et y reste bien.

            Les jouets ne sont qu’un détail de cette construction du genre, elle commence en réalité à la naissance de l’enfant et parfois même avant. Parce qu’on distingue un sexe fendu ou un sexe pointu à l’échographie, tout un destin est déjà tracé : oppresseur ou oppressée. Une véritable caste se met en place, basée sur la génitalité. Ainsi Valérie Rey-Robert explique dans Une culture du viol à la française : « Dans nos sociétés, dès le plus jeune âge, garçons et filles sont perçus et éduqués de façon très différente. Ils sont encouragés à adopter des comportements en adéquation avec leur sexe, c’est-à-dire en conformité avec des images stéréotypées, leur assignant entre autres des statuts préétablis de coupable ou de victime.[10] » C’est donc dès l’accouchement que la construction commence, lorsque le·a maïeuticien·ne annonce : « C’est une fille/un garçon. » Cette performance du genre était tournée en dérision par les Monty Python, en 1983, dans The Meaning of Life. Après un accouchement, une mère demande : « Is it a boy or a girl ? » et un médecin a cette réponse délicieuse : « I think it’s a little early to start imposing roles on it, don’t you ?[11] » Dans un monde idéal, ça serait la réponse adéquate pour ce genre de situation. Mais la société française, sous couvert de célébrer ses révolutions de 1789 à Mai-1968, aime encore plus ses traditions. Sur ce point je n’évoquerai que l’ABCD des égalités.

            À la rentrée 2013, Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des Droits des femmes, lance ce programme d’enseignement, qui a pour but de lutter contre les stéréotypes sexistes. Rien de nouveau sous les tropiques, c’est un sujet récurent, de la Commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à la jeunesse et à l’adolescence, du 16 juillet 1949, qui veut faire respecter la « dignité féminine[12] », à la loi Jospin de 1989, qui inscrit l’égalité fille-garçon dans les missions fondamentales de l’Éducation Nationale. Les contenus sont rafraîchis et on croise les doigts pour que l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen soit enfin respecté : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » Je souligne la minuscule, qui inscrit de fait déjà une discrimination. Olympe de Gouges avait tenté d’y remédier, mais elle a été stoppée et raccourcie d’une tête. Bref, plus d’égalité, qui peut s’opposer à cela ? Tout le monde est pour depuis plus de deux siècles. Mais quand arrive l’ABCD, on se retrouve avec des levées de bouclier invraisemblables. À commencer par la notoirement homophobe Manif pour tous, qui, comme le rappelle Preciado : « n’[a] pas défendu le droit des enfants. Ils [les manifestant·es de LMPT] défendent le pouvoir d’éduquer les enfants dans la norme sexuelle et de genre, comme présumés hétérosexuels. Ils défilent pour maintenir le droit de discriminer, punir et corriger toute forme de dissidence ou de déviation, mais aussi pour rappeler aux parents d’enfants non-hétérosexuels que leur devoir est d’en avoir honte, de les refuser, de les corriger.[13] »

            Le programme viserait à introduire la théorie du genre dans les maternelles pour « une entreprise très nouvelle et très ambitieuse de conditionnement (ou de rééducation) des jeunes enfants[14] ». Bienvenue dans les camps de redressement de l’abominable gender, où cette « idéologie dangereuse » va « augmenter les troubles de l’enfant » et « participer à la paupérisation sociale », le tout en partant d’une « essence révolutionnaire et totalitaire[15] ». Elle tuerait presque des chatons aussi… Le mouvement sectaire est en vogue, après avoir déversé sa haine durant les débats sur la loi du mariage pour tou·tes. Le Gouvernement Hollande, au lieu de tenir sa ligne et passer outre les grenouilles de bénitiers, a tergiversé. Seules quelques rares, dont Christiane Taubira, ont assumé et défendu pleinement la loi. Mais suite à ces mois de combat pour l’égalité, la théorie du genre est le sujet honni. Vincent Peillon dit même à l’Hémicycle, le 28 janvier 2014 : « Ce que nous faisons, ce n’est pas la théorie du genre, que je refuse, nous voulons promouvoir les valeurs de la République et l’égalité entre les hommes et les femmes. » Rassurez-vous, nous voulons une égalité, mais les camions resteront bien pour les garçons colériques et les marelles pour les petites filles douces. Rey-Robert précise : « Devant les polémiques (rumeurs fausses autour de cours de masturbation, de cours prônant l’homosexualité ou l’indifférenciation sexuelle, etc.), en juin 2014, Benoît Hamon, le ministre de l’Éducation nationale, annonce leur succès mais également leur suppression.[16] » Alors que les études de genre se développent depuis les années 1990 aux États-Unis, la France peine à rassurer les quelques conservateur·trices hargneux·ses vingt ans après. C’est tout le problème de l’universalisme français, où tout est beau et où on est tou·tes égaux·ales. Dès lors, les difficultés des minorités sont effacées, puisque nous sommes tou·tes sous la protection de la République, qui ne fait pas de distinction. Mais la réalité a des yeux pour faire la différence entre quelqu’un·e venant de Sarcelle ou de Versaille, qu’elle s’appelle Corinne ou Hapsatou, qu’il soit caucasien ou asio-descendant ou encore qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, et j’en passe. Non, la fRance n’est pas aveugle. C’est tout un système, entre les traditions culturelles et les institutions de l’État, qui forgeront et qui renverront à nos genres, nous expliquant quelle est notre caste. Parfois, il y a du leste, mais la chaîne se rappelle toujours à nous. La plus lourde et encombrante est certainement celle de l’orientation sexuelle, qui joue particulièrement pour la constitution de l’image virile des garçons. Monique Wittig le disait dans La Pensée Straight : « vivre en société c’est vivre en hétérosexualité.[17] » Afin de fuir la virilité, j’ai vu ma non-appartenance à la société hétérosexuelle comme une planche de salut. Cependant, la confrontation empirique me démontra que ce n’était pas si simple que cela.


Tu veux lire la suite ? C’est par !


[1] Virginie Despentes, King Kong théorie [2006], Paris, Grasset, « Le Livre de poche », 2007, p. 143.

[2] Éric Zemmour, Le Premier Sexe, Paris, Denoël, 2006 ; Alain Soral, Vers la féminisation ? Démontage d’un complot antidémocratique, Paris, Blanche, 2004.

[3] Le musée portuaire de Dunkerque permet de découvrir toute cette histoire.

[4] Paul B. Preciado, Un appartement sur Uranus, Paris, Grasset, 2020, p. 50-51.

[5] Paul B. Preciado, Testo Junkie, Paris, Grasset, « J’ai lu », 2008, p. 95.

[6] Paul B. Preciado, Un appartement sur Uranus, op. cit., p. 81.

[7] Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe [1949], Paris, France Loisir, « La Bibliothèque du XXe siècle », 1990 ; Olivia Gazalé, Le Mythe de la virilité : un piège pour les deux sexes [2017], Paris, Robert Laffont, « Pocket », 2019 ; Georges Vigarello, Histoire du viol : XVIe – XXe siècles, Paris, Seuil, « Points Histoire », 1998.

[8] Louise Couvelaire, « La révolution sexuelle du jouet est en marche », Le Monde, en ligne https://www.lemonde.fr/vous/article/2012/12/14/la-revolution-sexuelle-du-jouet-est-en-marche_1805562_3238.html, 14 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2020.

[9] Mona Zegaï, « La mise en scène de la différence des sexes dans les jouets et leurs espaces de commercialisation », Cahiers du genre, N° 49, en ligne https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2010-2-page-35.htm#, Février 2010, consulté le 21 septembre 2020.

[10] Valérie Rey-Robert, Une culture du viol à la française [2019], Paris, Libertalia, 2020, p. 50.

[11] « Est-ce une fille ou un garçon ? » « Je pense qu’il est un peu tôt pour lui imposer des étiquettes, ne croyez-vous pas ? » Terry Jones, Monty Python’s The Meaning of Life, Celandine Films, The Monty Python Partnership et Universal Pictures, 1983. Traduction de l’auteur.

[12] Ministère de la justice : Direction de l’Éducation Surveillée, Compte rendu des travaux de la commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence au cours de l’année 1950 [1952], Melun, Imprimerie administrative, 1963.

[13] Paul B. Preciado, Un appartement sur Uranus, op. cit., p. 53.

[14] La Manif pour tous, L’idéologie du genre, Paris, novembre 2013, p. 3.

[15] Ibid., p. 5.

[16] Valérie Rey-Robert, op. cit., p. 259.

[17] Monique Wittig, La Pensée Straight [1992], Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p. 56.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search