Mes Couilles – De l’hétérosexualité à la Mafia Lavande

Pour aller au sommaire, cliquez ici

Pour regarder la première livraison, cliquez ici

« Les discours qui nous oppriment tout particulièrement nous lesbiennes féministes et hommes homosexuels et qui prennent pour acquis que ce qui fonde la société, toute la société, c’est l’hétérosexualité, ces discours nous nient toute possibilité de créer nos propres catégories, ils nous empêchent de parler sinon dans leurs termes et tout ce qui les remets en question est aussitôt méconnu comme “primaire”. »

Monique Wittig, La Pensée Straight


DE L’HÉTÉROSEXUALITÉ À LA MAFIA LAVANDE

            En dépit de la connaissance de l’homosexualité, grâce à mes oncles, je ne me suis posé des questions que tardivement. Le sujet ne m’intéressait pas et je n’ai eu qu’une copine au lycée. Personne formidable, mais mon absence de libido de l’époque n’aidait pas. L’hétérosexualité allait de soi, parce qu’on m’en affublait régulièrement, avec les questions pour savoir si j’avais une amoureuse. Il devait forcément y avoir un désir quelque part, puisqu’un adolescent vers 13/14 ans ne doit penser qu’à ça. L’exemple le plus violent que j’ai date du collège. Nous étions au bowling en famille et j’avais un peu de mal. Un HSBC à la piste d’à côté est venu m’expliquer comment lancer ma boule. Son conseil a été littéralement : « c’est comme lorsque tu mets la main aux fesses de ta copine. » Devant mon air incrédule et gêné, j’ai dû lui dire que je n’en avais pas et il n’a pas démordu en disant qu’il fallait que j’imagine le pelotage en question. Ça s’est terminé par des sourires malaisés de tout le monde. C’est un exemple tristement banal du prosélytisme hétérosexuel et de la culture du viol. Par chance, mon père ne m’a jamais donné de conseils de la sorte.

            Après avoir laissé le sujet de côté un moment, je m’y suis penché dessus à 17 ans, en 2010. Un garçon dans ma classe se disait bisexuel et, en faisant des recherches, j’ai trouvé d’autres personnalités se définissant comme telles : Lady Gaga, Simone de Beauvoir, Colette et George Sand. Ma bibliothèque et discothèque ont donc accusé le choc et je me suis approprié cette identité. J’en ai eu la confirmation en m’entichant d’un garçon ouvertement homo à la cinquième Ankama Convention, à Paris. Après le week-end d’avril, nous avons longuement discuté et j’ai développé un gros crush. Vers l’automne, je lui ai dit être amoureux, mais ce n’était pas réciproque. J’ai pleuré dramatiquement, sûrement influencé par la Princesse de Clèves que je lisais au même moment. Nous avons continué à être amis, mais ne nous sommes jamais revus physiquement. De là j’ai fait mon coming‑out à mes parents, qui l’ont globalement bien pris, mais mon identité de genre a, selon moi, influencé leurs réponses.

            Ma mère a dit que ça ne changeait rien, puis m’a ensuite dit que ce n’était pas grave d’être encore puceau à mon âge, no shame. Well, je suis totalement d’accord avec ça et réussir mes partiels me préoccupait plus que la perte de ma virginité. Elle s’attardait dessus et un processus automatique s’est mis en place. Si c’est aussi peu dramatique, pourquoi tant insister sur ce point ? J’étais plutôt perplexe et avais l’impression, sur le coup, que ma mère comprenait ma bisexualité comme mon dernier recourt pour ne pas finir vieux garçon.

La virginité chez les femmes est perçue comme une fleur fraiche et délicate qu’il faudra offrir au bon, l’élu de son cœur avec qui acheter un Magimix et pondre quelques gosses ; mais pour les garçons, c’est open bar. Ça donne parfois l’impression que l’époque où on gardait les filles au foyer, pour qu’elles ne deviennent pas « grosse », et où on envoyait les garçons se dégrossir au bordel, pour ne pas être puceau devant l’autel, n’est pas si lointaine. Les luttes féministes depuis les années 1970 ont combattu cette image, mais la perception des adolescents comme des êtres débordants d’hormones et de sperme persiste. Arrêtons avec cette légende. Les adolescentes ont aussi les hormones en ébullition, elles se branlent aussi à tout va quand elles n’en peuvent plus. Même Elle dans un sondage commandé à l’IFOP le 28 et 29 janvier 2019 l’a confirmé. 76% des femmes admettent s’être masturbées au cours de leur vie[1]. Sauf que pour elles, ça ne colle pas. C’est soit la vierge, soit la putain. Des tonnes de féministes ont souligné cette différence de traitement et même Fatal et Christelle Bazooka, en 2008 dans « C’est une pute », le montraient avec la langue française : chien/chienne, garçon facile/fille facile, maître/maîtresse, etc. Il faudrait peut-être prendre conscience que si les mecs sont en rut à vouloir serrer des meufs à tout va, sans remettre la démarche en question, c’est parce qu’on leur a dit que c’était naturel. On leur a inculqué qu’ils devaient sauver la princesse, que c’est eux qui devaient aller les chercher, parce que les filles doivent être dans la passivité face à ces G.I. Joe. À partir du moment où on leur annonce ce programme et bien on n’a pas le cul sorti des ronces.

C’est pareil pour la virginité. Chez les gars, c’est en tirant son coup qu’on devient un homme. C’est le rite de passage où les autres dépucelés vont se retrouver ensuite pour chanter : « il est des nôtres », à chaque nouvelle entrée dans le club. On pénètre dans une compétition toute virile, typique de la masculinité hégémonique, où cracher un coup avec une nana (forcément pour avoir le passeport pour voyager en hétérosexualité) n’est pas suffisant. Avec combien de nanas ? Combien de temps ? Combien d’orgasmes ? Et quelles pratiques ? C’est comme demander à un pianiste débutant ayant réussi La Lettre à Élise de jouer tout le répertoire de Chopin. C’est la performance, de suite, être mieux que les autres. Le plaisir on n’en parle pas vraiment. Si t’as juté, c’est qu’il y avait du plaisir, mais ça on s’en fout, décrit plutôt comment tu l’as fait jouir. Despentes l’écrit très bien dans King Kong théorie : « Ils se baisent à travers les femmes, beaucoup d’entre eux pensent déjà aux potes quand ils sont dans une chatte.[2] » La baise terminée n’annonce pas la fin du combat entre eux. Tout doit être quantifié et surtout leur bite. Largeur, épaisseur, circonférence et ça penche à droite, à gauche et tu as beaucoup de jus ? C’est très blanc ? Ah c’est que tu le fais jamais, moi je me branle tout le temps mon pote, j’en peux plus, c’est transparent. C’est à deux doigts de s’envoyer des dick pics pour savoir qui a la plus grosse. Mon avis, c’est qu’il y a pas plus pédé qu’un hétéro. J’ai plus entendu parler de queues dans les vestiaires au collège et au lycée que durant mes premières soirées avec des gens LGBT+. Bref, les garçons macèrent dans cette concurrence à qui sera le plus en chien, qui assouvira le plus ses « pulsions sexuelles », mais jamais totalement, car c’est suspect un mec qui en arrive à bout. Il faut toujours avoir faim, toujours vouloir plus pour être reconnu par la meute. Et si t’as pas envie ? C’est juste parce que c’est une mocheté, classement qui doit être validé par les potes, car sinon, la seule autre option, c’est que t’es un pédé. Dans ce cas, soit tu acceptes d’être charrié, soit t’y vas, même si tu n’en as pas envie.

Cette hypersexualisation des hommes contribue à la culture du viol, puisqu’ils sont toujours incités à baiser, en leur disant que ça va de soi. Mais ça les dessert aussi lorsqu’ils sont victimes de violences sexuelles, que ce soit par des femmes ou des hommes. Je reviendrai plus tard sur ce point. Celui qui ne se bouscule pas pour entrer dans le cercle des dépucelés est suspect. Lorsque le caïd de ma classe de seconde, âgé de 17 ans, a su que j’étais encore puceau à 15 ans, dans son regard transperçait une sorte d’effroi, mais surtout de totale incompréhension. Je ne devais pas être le seul, mais qu’on puisse le dire sans se cacher le dépassait, tellement il était ancré dans cette éducation virile. Ça ne pouvait dire qu’une chose : j’étais une grosse tafiole. Ce qui était, en partie, littéralement le cas.

Il existe une autre option, permettant de ne pas être une tante invétérée : vous avez peur des fâmes, ce continent si insondable et mystérieux que même Freud n’est pas parvenu à le comprendre. Le discours que mon père m’a tenu lorsqu’il a su que j’étais en couple avec un garçon en relevait partiellement. Il m’a confié que l’autre sexe pouvait parfois provoquer des inquiétudes, mais il ne fallait pas s’en faire. Puis il était possible d’avoir des amitiés très fortes avec des hommes, lui-même dans sa jeunesse avait eu des vrais bros. Les gens ont suspecté de l’homosexualisme, mais pas du tout. Une simple amitié virile des tranchées. Je concède avoir cru un instant qu’il me confirait avoir tâté du fusil de son camarade, mais même pas. Il m’a tout de même précisé qu’il m’aimerait toujours comme son fils et que mon bonheur était le plus important. Voici un message automatique qui devrait sortir tant que les coming-out seront nécessaires. Ses propos, en plus de me toucher, m’ont bien fait rire. Je n’avais pas peur du Grand Vagin. Je le côtoyais régulièrement, car mon conjoint était trans FtoM (female to male). Situation cocasse donc. Mes parents ont su ce détail bien plus tard, puisque je n’estimais pas nécessaire qu’ils le sachent. Iels ont dû se dire que tout n’était pas perdu. Sur quels points ? Mystère.

Cette période de mes 18 ans correspond à un moment où, à défaut de pouvoir rentrer dans le monde brut de l’identité hétérosexuelle, j’ai performé au maximum une identité homosexuelle. J’ai perdu 20 kg, pris un abonnement à Têtu et portais des tee-shirts Lady Gaga échancrés. Toutes les cases du minet, je les avais cochées. Et ça a été un piège. Pensant me débarrasser du fardeau de la virilité hétéro, j’ai reproduit le même modèle en homosexuel. Les injonctions de la masculinité hégémonique se poursuivent d’une orientation sexuelle à l’autre : il faut être le plus endurant au pieu, le plus gros chibre, le plus jeune, le plus musclé, le plus quelque chose. Des règles établies depuis les années 1970 comme l’explique Florence Tamagne : « Loin d’être libérateur, le mouvement gay générerait de nouvelles exclusions, celles de tous ceux qui ne pouvaient répondre aux nouvelles exigences esthétiques, parce que trop efféminés, insuffisamment musclés ou trop vieux.[3] ». Obligation d’être l’alpha menant les autres. J’ai mis du temps à le réaliser, ayant été dans un cercle LGBT+ restreint et très ouvert d’esprit. Cependant, les mêmes cover boy bodybuildés sur les unes de Têtu me faisaient comprendre que je ne serai jamais assez bien. La représentation est une chose extrêmement importante lorsqu’on fait partie d’une minorité, quelle qu’elle soit : racisé·es, en situation d’handicap, LGBT+, etc. C’est en ayant ces points de références qu’on peut se projeter. Mes oncles y ont contribué, mais sinon la seule source était la presse, Internet, puisque j’ai la chance de faire partie des premières générations ayant grandi avec, et la TV. Mais le même écueil revient : on se retrouve quasiment tout le temps avec des BCBG blancs foutus comme des dieux grecs. Cette pression sur le physique me semble moins présente chez les hétéros (mais malheureusement, elle tend à s’imposer) que chez les homos. Ayant une morpho plus proche de l’Augustus Gloop que de l’Apollon, j’ai morflé en santé mentale en voulant rentrer dans le moule. Il me semblait que remplir ce rôle du minet me donnerait mon passeport pour le Tafiolistan. À bien regarder, j’ai reproduit les mêmes injonctions que je critiquais chez les hétéros. Afin d’être accepté par un futur groupe, je m’imposais un carcan stupide.

Règles d’autant plus toxiques que certaines sont des survivances de la société hétérosexuelle, aboutissant à une homonormativité que Peter Drucker définit comme : « une forme d’adaptation des lesbiennes et des gays à l’hétéronormativité[4] » c’est-à-dire « toutes les institutions et les pratiques qui considèrent que l’hétérosexualité est la norme, le standard, et que les personnes LGBTI sont inévitablement une minorité, une exception.[5] » L’un des résultats est la follophobie, qui est le rejet des hommes ayant des relations sexuelles et/ou affectives avec des hommes et qui sont efféminés. C’est une nouvelle dépréciation de tout ce qui attrait au féminin et que l’on retrouve dans les insultes gayphobes : tapette, tafiole, tante, tarlouze, etc. sont féminines. En soit, elles sous‑entendent que passer du « premier » au « deuxième » sexe serait une déchéance presque militaire, rappelant que la masculinité hégémonique – en particulier hétéro – repose sur une dévaluation permanente de tout ce qui est considéré féminin. La follophobie se constate chez les hétéros, mais on la retrouve également chez les gays et bis sous des poncifs plus ou moins ridicules : « si je suis gay, c’est pour sortir avec des vrais mecs », « masc 4 masc », « pas de folle » et j’en passe. Je ne trouve pas d’autres raisons à cette homophobie intériorisée que les rôles sociaux martelés dès la naissance où il faut justement éviter d’être féminin. J’entends les préférences, mais quand on en vient à l’inscrire sur son profil d’un site de rencontre ou à le mentionner à tout va, c’est qu’il y a quelque chose de suspect. Beauvoir le disait dans le Deuxième Sexe : « nul n’est plus arrogant à l’égard des femmes, agressif ou dédaigneux, qu’un homme inquiet de sa virilité.[6] » L’adage fonctionne en remplaçant « les femmes » par « les folles », surtout pour celles qui s’assument. En reprenant une fable de La Fontaine, c’est Le Loup et le chien. D’un côté le gras canidé qui mène la vie faste en échange du collier et de l’autre le loup avec la peau sur les os mais libre. D’un côté les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) qui perpétuent les rites de l’homonormativité et de l’autre les HSH qui laissent tomber ce modèle. Certains s’épanouiront pleinement dans le premier, mais sans le remettre jamais en cause. Tant mieux pour eux, mais maintenant, il serait temps de montrer que d’autres schémas existent et qu’il n’y ait plus de modèle socialement « convenable » qui serve d’étalon pour décrédibiliser tous les autres. Car l’homonormativité reproduit les dichotomies de la société hétérosexuelle : femme/féminine, homme/masculin, passif/dominé et actif/dominant. Ces rôles préconçus gangrènent les relations et mettent des œillères à toutes les possibilités qu’offrent les relations et les sexualités.

Notamment pour la pénétration et, si on parle des hommes cis (se reconnaissant dans le genre qui leur a été attribué à la naissance), de la sodomie ou du moins la stimulation de la prostate. La masculinité hégémonique désigne les hommes comme les actifs, dominants et donc pénétrants. En relation hétéro, il peut y avoir pénétration anale, mais si c’est la femme qui reçoit. Le corps masculin est uniquement une porte de sortie pour le foutre, pas une entrée des artistes pour des plugs ou des doigts. Ceux qui pratiquent sont étranges et une question arrive vite : « t’es sûr que t’es pas pédé ? » Et ça, ça causerait une belle chute dans l’échelle sociale de la virilité, surtout si le gars est passif.

Je dois concéder qu’il est tout de même assez comique d’entendre des hétéros se confier sur le plaisir prostatique, entre l’impression de tenir des propos subversifs : « ouais, j’adore la chatte et me prendre des trucs dans le cul », et des Christophe Colomb qui s’imaginent être les premiers à découvrir cette sensation. J’oscille entre l’amusement et la compassion. Compassion, parce que ça veut dire que depuis King Kong théorie ça n’a pas changé : « Qu’est-ce qu’ils attendent pour s’enculer ? Allez-y. Si ça peut vous rendre plus souriants, c’est que c’est bien. Mais, parmi les choses qu’on leur a correctement inculquées, il y a la peur d’être PD, l’obligation d’aimer les femmes.[7] » Cette pression quinze ans après elle continue. On peut comparer la taille de sa bite, mais pas le nombre de doigts qu’on arrive à se mettre, le nombre de nanas qu’on peut chopper mais pas le nombre d’orgasmes du cul qu’on peut enchainer. Peut-être que ça serait une nouvelle compétition, mais ça me ferait plaisir de voir des HSBC, autour de la machine à café, partager leur exploit de deux ou trois carottes enfoncées dans le fondement et comment c’était le pied total ce week‑end. Essayez, franchement. Ça demande un peu de temps, du lâcher prise, mais le jeu en vaut la chandelle. Puis ça serait dommage de découvrir son premier orgasme prostatique à 50 ans au dépistage chez le procto.

En attendant, on retrouve les mêmes dichotomies chez les HSH. Le passif serait le soumis tout dévoué à son actif, la partie « féminine » du duo et l’actif le dominant, l’homme le vrai puisque, lui, ce n’est pas un enculé, c’est lui qui la met. Même si t’es une tata, tu l’es un peu moins avec cette position. C’est toute une histoire des homosexualités qui construit cette idée, en particulier la théorie d’un « troisième sexe » exprimée par l’allemand Karl Heinrich Ulrichs, en 1865[8]. Les femmes viennent de Vénus, les hommes de Mars et les homosexuel·les d’Uranus. « Les uranistes ne sont pas, dit Ulrichs, malades ou criminels, mais des âmes féminines enfermées dans des corps masculins attirés par les âmes masculines.[9] » Une définition plus proche des personnes trans donc. Pour sa part, le médecin britannique Henry Havelock Ellis, avec ses Études de psychologie sexuelle (1897-1928), expliquera que l’homosexualité est visible[10]. Il s’intéressera aux lesbiennes, distinguant les actives, les butchs et camionneuses, qui corrompraient les passives, c’est-à-dire les féminines et lipsticks. Son étude partant d’un sujet très proche : Édith Lees, autrice anglaise qui se revendique ouvertement lesbienne et est également sa femme. Ces recherches vont consolider les idées reçues sur les homosexualités. Les arts graphiques ou littéraires entretiennent ces clichés, des caricatures de la Vie parisienne de l’entre‑deux-guerres jusqu’à La Cage aux folles de Jean Poiret en 1973. Une tante, ça se voit qu’elle en est, et, surtout, on distingue très vite : « qui qui fait la femme et qui qui fait l’homme », histoire de savoir si c’est avec Patrick ou Didier qu’on puisse aller boire des coups. Ces stéréotypes sont insupportables, car une nouvelle illustration que la société hétérosexuelle a besoin de coller ses représentations, ses habitudes, sur tout ce qui n’est pas elle. Ce sont ces habitudes qui entrainent l’homonormativité.

Lorsque deux personnes se mettent ensemble, peu importe le genre, l’objectif ne devrait pas être de coller à un modèle hégémonique unique. Les mouvements LGBT+ des années 1970, à l’instar du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire ou des Gouines rouges, tous deux fondés en 1971, rejetaient catégoriquement ce qu’iels appelaient le modèle bourgeois de papa-maman. En soit, l’hétéronormativité. Un couple exclusif, le mariage, une maison, des enfants. Les Gazolines, groupe du FHAR de folles radicales, féministes et travestis crient : « Prolétaires de tous les pays, caressez-vous » tandis que le Front publie dans la revue d’extrême gauche Tout !, en avril 1971 : « Nous sommes plus de 343 salopes, nous nous sommes faits enculer par des Arabes, nous en sommes fiers et nous recommencerons. » En prenant à leur compte la féminisation et leur statut d’enculés, ils le revendiquent fermement en supprimant la honte stigmatisante. Des folles dans l’action qui ne sont pas comme des princesses attendant qu’on vienne les délivrer. C’est une faille dans l’ordre de la masculinité hégémonique, qui range les passifs dans la passivité et la culpabilité d’être le pénétré. Cette étroitesse des cases empêche la représentation de la diversité des combinaisons de rôles sexuels du power bottom (passif dominant) au sub top (actif soumis) avec les versatiles, ceux qui switchent en pleine action, etc. S’assumer passif, sans compenser en disant qu’on n’est : « ni une folle, ni une princesse et uniquement pour vrai mec », c’est dire à la virilité qu’on s’en bat les gonades et cesser de voir « enculé » comme une insulte et prendre plaisir à « aller se faire foutre ». Il en est de même pour les dominés, qui ne sont ni des sous-hommes, ni des souffre‑douleurs gratuits. Dans les jeux de domination, ce n’est pas le·a dominant·e qui a le pouvoir, mais le·a dominé·e. C’est lui·elle qui décide à quel moment ça s’arrête et quand cela commence, principe essentiel et indispensable du consentement et de l’écoute de son·sa partenaire. À ce titre, je précise que Cinquante nuances de Grey n’est pas du BDSM, mais des violences psychologiques en plus du harcèlement. Si vous voulez débuter par de la littérature de genre bien construite, lisez Histoire d’O de Pauline Réage. Je ferme donc la parenthèse pour préciser que, peu importe votre orientation sexuelle ou identité de genre, si vous avez une prostate, stimulez la, seul·e ou à plusieurs, c’est très chouette.

Donc, de l’hétéronormativité à l’homonormativité, on retrouve les mêmes poncifs de ce qu’est un homme, des rôles stéréotypés qu’il faudrait avoir. La nouvelle m’a un peu désespéré, car j’imaginais la communauté LGBT+ comme un groupe d’esthètes, qui remettent en cause la société et ses normes. Et bien non. À l’image de l’ensemble des gens, y’a des pommes pourries et des perles, fin du phantasme. Cependant, grâce à mes quelques ami·es de la communauté, j’ai pu questionner ces normes, à commencer le genre.


Tu veux lire la suite ? C’est par ici !


[1] François Kraus, Où en est la vie sexuelle des Françaises en 2019 ? Rapport d’étude pour Elle, IFOP, en ligne https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2019/02/116130_Ifop_ELLE_Mag_2019.02.014.pdf, 14 février 2019, consulté le 21 septembre 2020, p. 5.

[2] Virginie Despentes, King Kong théorie, op. cit., p. 142.

[3] Florence Tamagne, « Mutations homosexuelles », in Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, tome 3 : la virilité en crise ? XXe-XXIe, Paris, Seuil, 2011, p. 362.

[4] Peter, « Combattre l’hétéronormativité, l’homonormativité et l’homonationalisme », Intervention à la « Conférence mondiale de l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (ILGA) » à Mexico City le 31 oct. 2014, http://www.npa32.fr/spip/spip.php?article1030, consulté le 27 juil. 2017.

[5] Loc. cit.

[6] Simone de Beauvoir, op. cit., p. 41.

[7] Virginie Despentes, King Kong théorie, op. cit., p. 142.

[8] « Désormais, le sexe fait partie des plans du pouvoir, si bien que le discours sur la masculinité et la féminité, ainsi que les techniques de normalisation des identités sexuelles, se transforment en agents de contrôle de de modélisation de la vie : à l’intérieur d’un espace d’empiricité, d’une classification taxonomique et psychopathologique, les identités sexuelles sont inventées en 1868 » Paul B. Preciado, Testo Junkie, op. cit., p. 66-67.

[9] Paul B. Preciado, Un appartement sur Uranus, op. cit., p. 22.

[10] « Selon cette analyse [de Krafft-Ebing], les “vraies” lesbiennes sont celles qui ressemblent le plus à des hommes, et toute aspiration masculine dans le vêtement ou dans le comportement est un symptôme de lesbianisme » Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe, Berlin, Londres, Paris 1919-1939, Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2000, p. 235.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search